Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

TLD, le tracteur des avions s'envole

, ,

Publié le

L’augmentation du trafic aérien dans les pays émergents offre de belles opportunités de croissance à l’équipementier d’aéroports.

TLD, le tracteur des avions s'envole
Le leader mondial des tracteurs d’avions est présent dans plus de 127 pays.

Inutile d’appeler Antoine Maguin à 9 heures du matin. Sur la montre du directeur général de TLD Group, leader mondial des tracteurs d’avions, il n’est que 3 heures, l’heure du premier fuseau horaire américain, celui de New-York. « Comme nous avons une organisation internationale, nous nous sommes réparti les rôles », indique Valentin Schmitt,le directeur général de TLD Europe et Moyen-Orient. Lui est à l’heure française, et ne dérègle sa tocante qu’une fois par mois, quand il part dans le golfe Persique. En revanche, le PDG Jean-Marie Fulconis, qui vit la plupart du temps à l’heure chinoise, approche de la fin de journée.

Cette ETI de 1 400 salariés est contrôlée par Ardian (ex-Axa Private Equity) et le management. Si ses dirigeants sont en décalage permanent, c’est parce qu’ils s’appuient sur deux usines en Amérique du Nord, deux en Chine et deux en France, bientôt trois avec la nouvelle usine de tracteurs d’avions automatiques Taxibot à Sorigny, près de Tours (Indre-et-Loire), qui sera opérationnelle cet été. Mais aussi parce que leur terrain de jeu, le transport aérien, est un bel exemple de mondialisation. « Un client transporteur au Chili n’a que faire des horaires de l’usine chinoise ou française, ou de notre présence dans 150 pays. Il veut connaître tout de suite la disponibilité de sa machine », explique Valentin Schmitt, qui résume ainsi l’organisation de TLD : industriel global, compétences locales.

Depuis qu’il a engagé son internationalisation vers 2007-2008, TLD a ouvert 33 bureaux commerciaux et de services dans des zones aéroportuaires. Les derniers en date ont été créés à Moscou, à Doha, à Santiago et à Johannesburg. « Il n’y a pas un seul aéroport sans un produit TLD », avance Valentin Schmitt, dont l’entreprise sert 513 clients dans 127 pays. La démarche est couronnée de succès, puisque le chiffre d’affaires progresse chaque année : de 206 millions d’euros en 2009, il est passé à 325 millions en 2013, dont 96% à l’export. Tous produits confondus (escaliers, tracteurs de bagages, démarreurs de réacteurs…), TLD avoisine les 20% de parts de marché. Et affiche même 40% pour les tracteurs d’avions.

Une organisation pertinente

Grâce à son déploiement, l’industriel français, installé à Montlouis-sur-Loire (Indre-et-Loire) et à Saint-Lin (Deux-Sèvres), s’est faufilé dans un marché autrefois dominé par de grands acteurs anglais, américains et allemands. La croissance du trafic aérien dans les pays émergents a créé des opportunités pour TLD. « Les parts de marché se prennent localement, rappelle Valentin Schmitt. Notre organisation nous permet de répondre plus vite et même d’anticiper les besoins. Aujourd’hui, nous travaillons sur l’ouverture d’antennes pour servir les aéroports d’Amérique du Sud et d’Afrique, au Mali, en Ouganda ou au Mozambique. »

Les autres champions

CBE (Saint-Avertin, Indre-et-Loire), moules pour voussoirs. 22 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 90% à l’export. 100 salariés.

Sacred (Saint-Lubin-des-Joncherets, Eure-et-Loir), pièces en caoutchouc. 47,3 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 50% à l’export. 500 salariés.

Maquet (Orléans, Loiret), spécialiste de l’éclairage de blocs opératoires. 118 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 95% à l’export. 320 salariés.

Monin (Bourges, Cher), sirops. 150 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2013, dont 75% à l’export. 380 salariés.

Réagir à cet article

Usine Nouvelle N°3385-3386

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3385-3386

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 de L’Usine Nouvelle
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle