Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Tiwal, le dériveur gonflable made in Breizh à embarquer dans sa voiture

Esther Attias ,

Publié le

Images Le Tiwal exauce les rêves des marins ultra-mobiles. Production du Morbihan imaginée par la navigatrice Marion Excoffon, ce voilier est à la fois un vrai dériveur à voile et un bateau pliable et gonflable, fait pour voyager.

Tiwal, le dériveur gonflable made in Breizh à embarquer dans sa voiture
Le Tiwal est un dériveur facilement maniable avec une carène en V.
© Tiwal

Que les marins se le disent : il est aujourd’hui possible d’emporter son voilier dans ses valises. Le Tiwal, un dériveur pliable et gonflable a justement été créé pour. Imaginé en 2008 par la navigatrice bretonne Marion Excoffon, il se glisse dans deux sacs à mettre dans le coffre d’une voiture avant de partir en vacances.

"Je voulais créer mon propre bateau. Enfant, la voile faisait partie de mon quotidien. Adolescente, j’ai demandé à mon père de me prêter son voilier. Il a refusé. Alors j’ai décidé d’inventer le mien, avec comme caractéristique qu’il soit facilement transportable", explique la créatrice, que nous avons rencontré à Vannes (Morbihan), dans son tout nouvel entrepôt, où elle a installé ses Tiwal depuis quelques semaines.

Un cursus en école de design industriel et trois ans de travail plus tard, elle avait fait breveter un bateau insolite. Léger, mais stable. Montable rapidement, mais doté d’une composition solide qui résiste à beaucoup de force.

(Marion Excoffion et Emmanuel Bertrand, co-fondateurs de Tiwal, devant leur dériveur gonflable. Crédit : DR.)

La structure de la carène est en V, ce qui lui donne les qualités d’un "vrai" bateau. Sa coque est conçue à base d’un textile à double paroi. "C’est comme deux stand up paddles tenus par le milieu, explique-t-elle. Sa structure métallique en aluminium est légère mais donne de la stabilité au bateau."

Un bateau inspiré des avions Furtifs

Cette structure est clipsable. Le bateau se monte en 20 minutes, à l’aide simple d’une pompe pour gonfler l’assise. Prêt à l’emploi, le dériveur mesure 3,20 mètres de longueur pour 1,62 mètre de largeur, et pèse 50 kilos. Il est fait à 50% en France, dont 25% en Bretagne.

Marion Excoffon s’est inspirée du design des avions furtifs pour dessiner le Tiwal. Ses lignes sont nettes, coupantes, et sa voile de 7 mètres carrés, noire, a une forme très tranchée comme celle de ces avions invisibles aux radars. "C’est ce qui lui donne un côté sport", estime-t-elle. De quoi l’auréoler de prix prestigieux. Elle a reçu le prix du bateau de l’année par le magazine américain Sailing World et le prix japonais Good Award Design en 2016, entre autres.

(La Tiwal Cup de 2016 avait réuni des passionnés de nombreux pays. Crédit : DR)

Le Tiwal s’acquiert pour 5500 euros. Il est vendu à 1000 exemplaires dans 45 pays, et ses propriétaires se retrouvent tous les ans depuis 2003 pour la Tiwal Cup. En 2019, la compétition a lieu samedi 8 juin, dans le Golfe du Morbihan.

Après le succès du premier modèle, Marion Excoffion et son conjoint Emmanuel Bertrand en lancent un deuxième, plus petit, prévu pour cette année.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle