Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

TIM: Le ministre de l'Industrie italien fustige Vivendi

Publié le

Infos Reuters par Francesca Landini

TIM: Le ministre de l'Industrie italien fustige Vivendi
Le ministre de l'Industrie italien sortant, Carlo Calenda (photo), fustige l'attitude de Vivendi en tant qu'actionnaire de Telecom Italia (TIM), dans un entretien publié lundi par La Republicca. /Photo d'archives/REUTERS/Tony Gentile
© Tony Gentile

MILAN (Reuters) - Le ministre de l'Industrie italien sortant, Carlo Calenda, fustige l'attitude de Vivendi en tant qu'actionnaire de Telecom Italia (TIM), dans un entretien publié lundi par La Republicca.

"Je suis favorable aux investissements étrangers, mais cela ne signifie pas rester à l'écart quand ils détruisent de la valeur plutôt qu'ils n'en créent, particulièrement quand il y a un intérêt stratégique en jeu", déclare-t-il au quotidien.

Personne chez Vivendi n'était disponible dans l'immédiat pour commenter ces informations.

L'opérateur historique italien a perdu plus d'un quart de sa capitalisation boursière depuis que Vivendi, son premier actionnaire avec une participation d'un peu moins de 24%, est entré à son capital à la mi-2015.

Cette emprise du français sur le groupe a aggravé les tensions avec le gouvernement italien et Rome s'est octroyé l'an dernier des prérogatives spéciales ("golden power") sur TIM, estimant avoir son mot à dire sur les décisions stratégiques.

Vivendi est également confronté aux critiques du fonds activiste Elliott, qui détient 9% de TIM, et réclame des changements au sein du conseil d'administration.

Pour renforcer son influence, le gouvernement a annoncé au début du mois avoir pris 4,262% de TIM via la Cassa Depositi e Prestiti (CDP), émanation du Trésor italien.

Cette décision de Rome est intervenue après l'annonce par TIM du démarrage de la scission de son réseau fixe, que les analystes valorisent jusqu'à 15 milliards d'euros. L'opérateur va placer son réseau dans une entreprise distincte, NetCo, qu'il contrôlera intégralement.

Carlo Calenda a justifié la prise de participation de la CDP et a ajouté que l'Italie devait avoir un réseau télécoms unique.

"La CDP est intervenue pour soutenir le projet de transformer TIM en une (véritable) entreprise publique et la scission du réseau", a indiqué le ministre, précisant qu'elle ne cherchait pas à prendre le contrôle de l'opérateur.

Carlo Calenda restera à son poste jusqu'à la formation d'un nouveau gouvernement après les élections du 4 mars.

Certains responsables politiques et Elliott prônent la création d'un réseau national unique via la fusion de NetCo et de son concurrent Open Fiber, le spécialiste de la fibre optique détenu par Enel et la CDP.

(Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus