Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

ThyssenKrupp vise Dofasco face à Arcelor

Publié le

Les deux groupes européens ont fait des offres concurrentes pour s'emparer du canadien Dofasco et accéder au marché automobile nord-américain.

Bataille inédite entre sidé- rurgistes européens. Alors qu'Arcelor lançait le 23 novembre une OPA de 3,2 milliards d'euros sur le sidérurgiste canadien Dofasco, cinq jours plus tard son concurrent allemand ThyssenKrupp surenchérissait avec une offre en numéraire supérieure de 9,8 %, et « amicale » au contraire de celle d'Arcelor. En fait, Arcelor tentait de négocier depuis des mois avec le numéro un canadien de l'acier, mais sans avoir pu obtenir d'accord. Au contraire, le conseil d'ad- ministration de Dofasco a ap- prouvé à 100 % l'offre de ThyssenKrupp qui a prévu de faire du groupe canadien sa tête de pont américaine.

Dofasco réalise 30 % de ses ventes aux Etats-Unis

Après avoir échoué par deux fois à s'emparer d'aciéries dans des pays émergents (Turquie, Ukraine), Arcelor, qui dispose d'une capacité d'investissement de 4 à 5 milliards d'euros, voit à nouveau ses projets contrecarrés dans un secteur qui se concentre un peu plus chaque année.

Dofasco, avec sa production de 5 millions de tonnes (10 % environ de celle d'Arcelor), n'est pourtant pas un géant. Mais pour ses prétendants, il a la double qualité de réaliser 30 % de ses ventes aux Etats-Unis, et d'être implanté sur le marché automobile nord-américain. L'usine intégrée d'Hamilton (Ontario), principal site de Dofasco, est bien placée pour livrer les constructeurs de Detroit. Du reste, Arcelor est déjà partenaire de Dofasco à Hamilton, à travers une ligne commune de tôles galvanisées. Avec Dofasco, Arcelor, qui détient 50 % du marché automobile européen (et 15 % du marché mondial), pourrait obtenir ainsi 10 % du marché automobile nord-américain. Ce que vise aussi ThyssenKrupp, bien évidemment, face notamment au numéro un mondial Mittal Steel qui a pris le contrôle, il y a un an, de l'américain ISG.

Par ailleurs, si les deux groupes européens sont quasi absents d'Amérique du nord, Dofasco complèterait leurs projets sud-américains. Arcelor a fait du Brésil un de ses piliers (20 % de sa production à terme). Et ThyssenKrupp y a lancé la construction d'une usine intégrée cet été.

Dernier atout non négligeable : Dofasco est depuis juillet pro- priétaire d'une mine de fer, QCM (Québec Cartier Mining). 1

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle