Thyssenkrupp relève encore ses perspectives grâce à la reprise mondiale

FRANKFORT (Reuters) - Le conglomérat allemand Thyssenkrupp a relevé mardi ses perspectives pour l'ensemble de l'année pour la deuxième fois en trois mois alors que la reprise économique mondiale a stimulé la demande pour l'acier et les composants automobiles.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Thyssenkrupp relève encore ses perspectives grâce à la reprise mondiale
Le conglomérat allemand Thyssenkrupp a relevé mardi ses perspectives pour l'ensemble de l'année pour la deuxième fois en trois mois alors que la reprise économique mondiale a stimulé la demande pour l'acier et les composants automobiles. /Photo d'archives/REUTERS/Thilo Schmuelgen

Thyssenkrupp s'attend désormais à ce que le bénéfice d'exploitation ajusté atteigne autour de 500 millions d'euros pour l'année se terminant en septembre alors qu'il prévoyait auparavant un résultat à l’équilibre.

Au deuxième trimestre, le bénéfice d'exploitation ajusté est ressorti à 220 millions d'euros, contre une perte de 279 millions un an plus tôt.

L'action Thyssenkrupp était indiquée en hausse de 1% dans les échanges en avant-Bourse.

Le groupe, qui construit des composants pour l'automobile et les sous-marins, sort de plusieurs années de crise au cours desquelles il a perdu deux présidents du directoire, a averti à plusieurs reprises de ses pertes et a vendu sa division ascenseurs à un consortium d'investisseurs.

"Mais nous savons aussi que nous avons encore beaucoup de travail à faire. Nous ne restons donc pas inactifs. La réorganisation de Thyssenkrupp reste un voyage qui comprend plusieurs petites étapes et nous les franchissons", a déclaré la présidente Martina Merz.

La division sidérurgique du groupe a enregistré un bénéfice d'exploitation ajusté de 47 millions d'euros, contre une perte de 181 millions d'euros à la même période l'année dernière.

Thyssenkrupp envisage de se séparer de cette division après l'échec de plusieurs tentatives de fusion ou de vente, notamment à la société britannique Liberty Steel.

(Christoph Steitz, version française Anait Miridzhanian, édité par Blandine Hénault)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS