ThyssenKrupp promet des emplois avec ses sous-marins en Australie

DUSSELDORF/VIENNE (Reuters) - ThyssenKrupp promet des milliers d'emplois en Australie s'il remporte un contrat pour la construction d'une nouvelle flotte de sous-marins face au français DCNS et à un consortium japonais, a déclaré lundi le responsable du projet.

Partager

Le géant allemand de l'acier et de l'industrie est en concurrence avec le groupe public français DCNS et un consortium japonais mené par Mitsubishi Heavy Industries et Kawasaki Heavy Industries pour ce contrat estimé à 36 milliards de dollars (34 milliards d'euros).

Soucieuse de répondre au renforcement de la présence chinoise dans la région Asie-Pacifique, l'Australie remplace sa flotte vieillissante de sous-marins et entend en profiter pour créer des emplois dans le pays et soutenir l'industrie locale.

ThyssenKrupp et DCNS ont assuré que, s'ils étaient retenus, la totalité des travaux de construction des sous-marins serait réalisée en Australie. Le Japon s'est dit prêt à s'aligner sur cette proposition.

"Nous serions en mesure de créer 2.000 à 3.000 emplois en Australie", a dit Hans Christoph Atzpodien, membre du directoire de la division Industrial Solutions de ThyssenKrupp et responsable de la construction navale, dans une interview accordée à Reuters.

Il estime qu'un nombre équivalent d'emplois pourrait être créé chez les fournisseurs dans le cadre de son projet.

Il a précisé que ThyssenKrupp soumettrait une offre à prix fixe s'il franchissait la prochaine étape de l'appel d'offres et qu'il s'attendait à ce qu'un candidat soit retenu pour mener des négociations exclusives au premier semestre 2016.

Ces négociations pourraient durer jusqu'à la fin de la décennie, a-t-il dit, avec la sortie d'un premier sous-marin des lignes de production vers la fin des années 2020.

Le Japon était favori pour remporter ce contrat jusqu'en février quand le Premier ministre d'alors, Tony Abbott - qui avait qualifié Tokyo de "meilleur ami" de l'Australie en Asie - a été contraint d'élargir l'appel d'offres sous la pression des parlementaires du pays.

(Tom Kaeckenhoff et Georgina Prodhan, Wilfrid Exbrayat et Juliette Rouillon pour le service français)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

33 - Ste Hélène

Travaux de restructuration de la Mairie

DATE DE REPONSE 18/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS