Thyssenkrupp espère un accord avec Tata Steel d'ici fin septembre

FRANCFORT/DÜSSELDORF (Reuters) - Thyssenkrupp pourrait parvenir à un accord sur la fusion de ses activités européennes dans la sidérurgie avec celles de l'indien Tata Steel dans le courant du mois de septembre, a déclaré lundi un porte-parole du groupe allemand, ajoutant que les négociations étaient entrées dans leur dernière phase.
Partager
Thyssenkrupp espère un accord avec Tata Steel d'ici fin septembre
Thyssenkrupp pourrait parvenir à un accord sur la fusion de ses activités européennes dans la sidérurgie avec celles de l'indien Tata Steel dans le courant du mois de septembre, a déclaré lundi un porte-parole du groupe allemand, ajoutant que les négociations étaient entrées dans leur dernière phase. /Photo prise le 1er septembre 2017/REUTERS/Christoph Steitz

Le titre du groupe a accru ses gains à la Bourse de Francfort après cette annonce. A 12h32 GMT, il prenait 1,42% à 26,39 euros, signant l'une des plus fortes hausses du Dax, qui avançait de 1,02% au même moment.

Le mensuel allemand Manager Magazin a rapporté auparavant que le conseil de surveillance de Thyssenkrupp pourrait approuver l'accord le 23 ou le 24 septembre, citant des sources proches du dossier.

Un porte-parole du comité d'entreprise de Thyssenkrupp a confirmé que la réunion du conseil de surveillance, initialement prévue le 12 septembre, avait été reportée au 23 ou 24 de ce même mois.

Le syndicat IG Metall a déclaré être toujours opposé à une telle fusion. Il a souligné que rien ne laissait penser que les représentants du personnel au conseil d'administration l'approuveraient.

De son côté, Tata Steel a annoncé avoir obtenu l'aval des autorités britanniques à la séparation de son régime de retraite en Grande-Bretagne de ses autres activités, un feu vert ouvrant la voie à un accord avec Thyssenkrupp.

"Le régime de retraite britannique est désormais séparé de Tata Steel Grande-Bretagne et d'un certain nombre de sociétés qui lui sont affiliées", déclare le groupe dans un communiqué.

Le régime de retraite de Tata Steel, pesant 15 milliards de livres (16,52 milliards d'euros) et lourdement déficitaire, a été l'un des obstacles majeurs à une possible fusion, Thyssenkrupp refusant de prendre en charge son passif.

(Georgina Prodhan et Tom Kaeckenhoff; Catherine Mallebay-Vacqueur pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS