Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

ThrustMe emmène les minisatellites en orbite

Hassan Meddah ,

Publié le

ThrustMe emmène les minisatellites en orbite
Un moteur électrique miniature.
© DR.

Les entreprises citées

Minisatellites, nanosatellites, voire cubesat de 10 cm de côté… en orbite, "small is beautiful". Les satellites classiques de cinq tonnes vont céder la place à des modèles de quelques dizaines de kilos qui ne seront pas plus grands qu’une boîte à chaussures. Ces petits modèles seront bientôt des milliers en orbite. Anticipant cette tendance, la start-up ThrustMe, dont les sept salariés sont hébergés à Polytechnique et par l’incubateur parisien Agoranov, conçoit des moteurs électriques qui sont totalement adaptés.

"Il ne s’agit pas seulement de miniaturiser des moteurs existants trop complexes et trop coûteux. Nous avons repensé leur architecture pour avoir la meilleure compacité", explique sa cofondatrice, Ane Aanesland, directrice de recherche à l’École polytechnique, mise en disposition du CNRS et forte de seize ans d’expérience dans la physique des plasmas. Résultat : ses petits moteurs électriques tiennent dans le creux de la main. Malgré leur poussée extrêmement faible, de l’ordre du millinewton - soit la force exercée par le poids d’un timbre -, ils seront capables d’emmener un minisatellite sur plus de 300 km jusqu’à son orbite finale et de l’y maintenir. En avril, les tests de poussée réalisés en chambre à vide dans les laboratoires de l’Onera ont validé la faisabilité du moteur. Les chercheurs travaillent désormais à optimiser son industrialisation pour des premiers essais en orbite prévus en 2018.

ThrustMe cible les grands fabricants de satellites (Boeing, Thales Alenia Space, Loral Space and Communications, Airbus…), mais aussi les nouvelles start-up spatiales, comme Planet Labs ou Terra Bella, qui conçoivent et opèrent en direct leurs propres satellites. ThrustMe, qui vient de lever 1,7 million d’euros, est en négociation commerciale avec certains d’entre eux. Elle vise une production de masse vers 2020.

Hassan Meddah

L’innovation

Un minuscule moteur électrique capable de propulser des mini­satellites. ThrustMe exploite un carburant à base d’iode solide plus compact que le traditionnel xénon gazeux. La start-up a unifié et miniaturisé dans son moteur la source d’éjection des ions positifs, qui assure la poussée, et celle des électrons, qui maintient la neutralité électrique.

 

L’opportunité

Il devrait se vendre quelque 7 550 satellites de moins de 50 kg entre 2016 et 2025 au niveau mondial, selon Euroconsult. En majorité pour les méga-constellations de OneWeb et de SpaceX.

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle