Thomas Pesquet, dixième astronaute français bientôt sur orbite

Sorties dans l'espace, expérimentations de physiologie en microgravité, opération de maintenance, sport... Thomas Pesquet, le dixième astronaute français n'aura pas beaucoup de temps pour profiter du saxophone qu'il compte emporter à bord de la station spatiale internationale (ISS) pour une mission de six mois.

Partager

Thomas Pesquet, dixième astronaute français bientôt sur orbite

A 400 kilomètres au dessus de nos têtes, Thomas Pesquet aura un agenda bien chargé, minuté même. Mais avant d'embarquer le 15 novembre prochain dans la fusée Soyouz qui l'emmènera vers la station spatiale internationale (ISS), il lui reste quelques formalités à accomplir sur le plancher des vaches. Il termine sa préparation à Houston, aux Etats-Unis dans les installations de la NASA. D'ici une dizaine de jours, il rejoindra durant deux semaines le centre d'entraînement des astronautes européens à Cologne pour travailler sur le programme scientifique européen en conditions de microgravité. Enfin, il gagnera Moscou afin de décrocher la validation finale pour la mission Proxima (nom de l'étoile la plus proche de notre système solaire) de six mois, et réaliser une répétition générale du lancement.

ÉVÈNEMENT
ÉVÈNEMENT

Dans l'espace, pas de place pour l'improvisation. "Pour ce départ dans l'espace, on a répété toutes les procédures. On a essayé de se préparer à toutes les éventualités. Cela donne une certaine confiance. Ce qui fait peur c'est ce qu'on ne connaît pas. On a appris par cœur ce à quoi qu'on s'expose", précise Thomas Pesquet, qui sera accompagné du cosmonaute russe Oleg Novitsky et de l'astronaute de la NASA Peggy Whitson.

Pas de grasses matinées !

Cet ingénieur en aéronautique devenu pilote de ligne, âgé aujourd'hui de 38 ans, connaît par coeur le programme qui l'attend. "Je devrais accomplir quatre sorties extra-véhiculaire. Ce sera des sorties d'environ six heures". Deux sorties programmées en décembre et janvier permettront de remplacer les batteries de certains circuits électriques de la station, deux autres seront nécessaires pour les opérations d'arrimage des vaisseaux ravitailleurs vers avril. Il aura l'occasion de voir défiler tous les cargos : les véhicules Dragon et Cygnus des américains SpaceX et Orbital, le Progress des Russes et le HTV des Japonais.

A bord de l'ISS, pas de grasses matinées ! Les journées de travail seront longues avec un réveil programmé dès 6H00 du matin. Elles commenceront et se termineront toujours avec le même rituel : une conférence audio d'une dizaine de minutes avec les différents centres de contrôle sur Terre (Moscou, Houston, Munich, Japon) pour prendre connaissance du plan de la journée et faire un bilan des actions réalisées. L'emploi du temps, minuté, est affiché par des ordinateurs de bord. Après le travail, sport obligatoire. Deux heures d'efforts sur vélo d'appartement, tapis de course, ou banc de musculation... afin de reconstituer les muscles et les os qui ne travaillent plus du fait de l'apesanteur.

Surfaces innovantes, diagnostic rapide de l'eau...

En orbite, les astronautes consacreront autant de temps à mener leurs expérimentations scientifiques qu'à la logistique et la maintenance de la station. Au total, l'équipage sera amené à réaliser 55 expériences dans les domaines de la physique fondamentale, la science des matériaux, la physiologie humaine. Parmi la poignée d'expériences proposées par le CNES, Thomas Pesquet testera notamment un nouvel outil de diagnostic de l'eau, l'Aquapad. Il vise à améliorer la rapidité et l'efficacité des analyses de potabilité à partir d'un simple coton absorbant dans lequel est injecté 1 ml d'eau. Un cliché de l'échantillon pris par un appareil mobile permet alors de quantifier le nombre de bactéries. De quoi réduire le temps d'analyse de 2H30 à 30 min par rapport au système actuel à bord. Un tel instrument pourrait trouver de nombreuses applications sur Terre, notamment pour diagnostiquer l'état de l'eau après des catastrophes naturelles.

Le séjour dans l'ISS sera également l'occasion de tester de nouvelles surfaces innovantes en micropesanteur. Il s'agit de surfaces capables de réagir à l'approche de bactéries en les empêchant de s'y poser grâce à la création d'un biofilm. "Pour le grand public, ce type de technologies pourraient être utilisés dans les hub de transports, dans les salles d'attente, sur les interrupteurs, les boutons d'ascenseur et toutes les zones fréquentées qui pourraient potentiellement être pathogènes", explique Sebastien Barde, responsable du CADMOS, le centre du CNES en charge des expériences en microgravité.

Thomas Pesquet sera le 10eme astronaute français à s'envoler dans l'espace et seulement le quatrième à séjourner dans la station spatiale internationale. Son retour est prévu en mai 2017.

Hassan Meddah Journaliste aéronautique, défense et espace

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

ARTICLES LES PLUS LUS