Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Thierry Morin conserve la tête de Valeo

, , , ,

Publié le

Avec 94,39% de voix « pour », il conserve haut la main son siège de président. Il a également été suivi par les actionnaires sur la composition de son conseil d'administration.

Thierry Morin conserve la tête de Valeo

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer

Valeo jouait gros lors de l'assemblée générale qui s'est déroulée hier après-midi à Paris. Les actionnaires de l'équipementier était en effet invités à se prononcer sur le renouvellement ou la nomination de neuf des onze membres du conseil d'administration. Dont son président, Thierry Morin.
Avec 94,39% de voix « pour », ce dernier conserve haut la main son siège de président. Il a également été suivi par les actionnaires sur la composition de son conseil d'administration. Comme il l'avait proposé,  Pierre-Alain de Smedt (ex-Renault), Philippe Guédon (ex-Matra), Georges Pauget (Crédit Agricole SA), Helle Kristoffersen (Alcatel Lucent) et Erich Sptitz (Académie des technologies) ont été renouvelés pour quatre ans. Gérard Blanc (ex-Airbus), Pascal Colombani (AT Kearney) et Lord Jay of Ewelme (Ministères des affaires étrangères du Royaume-Uni) ont été nommés aux sièges laissés vacants par les « sortants » : François Grappotte (Legrand), Alain Minc (AM Conseil) et Jean-Bernard Lafonta (Wendel Investissement). Le patron de Valeo conserve donc les coudées franches pour poursuivre sa stratégie de recentrage « à la marge » (voir UN n°3056).

L'échec est en revanche cuisant pour le fonds Pardus, premier actionnaire de Valeo avec 14,2% du capital. Ce dernier, qui, depuis plusieurs mois, remet en question la stratégie menée par l'actuel président, n'a obtenu aucun des huit sièges demandés. Interrogé sur ses intentions, Karim Samii a indiqué qu'il souhaite que Valeo fasse une revue de détail de ses activités pour définir quels métiers constituent son cœur de métier, et lesquels pas. Il a par ailleurs souligné que recentré, Valeo aurait le potentiel pour dépasser les 6% de marge opérationnelle promis par Thierry Morin en 2010. Il a par ailleurs estimé qu'il serait normal qu'un actionnaire possédant 14% du capital soit représenté au conseil d'administration. « Nous ne voulons pas remplacer la direction mais la rendre responsable devant ses actionnaires », a ajouté l'investisseur en estimant - avant le vote- que posséder deux sièges serait en ligne avec son niveau de participation.

Le président de Pardus, également actionnaire de l'équipementier américain en difficulté Visteon, a par ailleurs précisé qu'il n'a jamais envisagé une fusion entre les deux groupes mais que certaines activités de Visteon, dont la thermique (refroidissement moteur, climatisation) pourraient intéresser Valeo. Faute d'avoir été suivi par les autres actionnaires, Pardus va devoir revoir sa stratégie. Mais n'envisage pas de jeter l'éponge. « Nous respectons le choix des actionnaires. Mais nous allons augmenter notre participation au-delà de 20% et laisser un an à la direction actuelle pour qu'elle prouve le bien fondé de sa stratégie », a prévenu Karim Samii, le président de Pardus, à l'issue de la réunion. La bataille continue.

Pierre-Yves Bocquet

A lire aussi dans l'Usine Nouvelle N°3036
du jeudi 17 au mercredi 23 mai 2007
« Valeo, recentrage sous pression »

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle