L'Usine Auto

Thierry Bolloré libéré de sa clause de non-concurrence par Renault

, ,

Publié le , mis à jour le 12/11/2019 À 17H42

Thierry Bolloré, révoqué en octobre de son poste de directeur général de Renault, est libre de travailler dès maintenant chez un autre constructeur automobile, le conseil d'administration du groupe au losange ayant renoncé à exiger l'application de sa clause de non-concurrence.

Thierry Bolloré libéré de sa clause de non-concurrence par Renault
Thierry Bolloré (en photo), révoqué en octobre de son poste de directeur général de Renault, est libre de travailler dès maintenant chez un autre constructeur automobile, le conseil d'administration du groupe au losange ayant renoncé à exiger l'application de sa clause de non-concurrence. /Photo d'archives/REUTERS/Gonzalo Fuentes
© Gonzalo Fuentes

Il est libéré. Thierry Bolloré n'aura pas à respecter la clause de non-concurrence prévue dans son contrat, après son éviction de la direction de Renault. Il pourra donc potentiellement travailler pour un autre constructeur automobile.

Cette décision, annoncée dans un communiqué du conseil publié ce 12 novembre, s'inscrit dans le cadre des arrangements trouvés avec l'ancien numéro deux de Renault, un mois après son départ tonitruant. Une éviction destinée, selon le président du groupe Jean-Dominique Senard, à redonner un second souffle au constructeur français et à son alliance avec Nissan.

Pas de retraite chapeau

"S'agissant de l'engagement de non-concurrence souscrit par M. Thierry Bolloré le 3 avril 2019, le conseil d'administration a décidé de renoncer à son bénéfice", peut-on lire dans le communiqué. "Par conséquent, aucune contrepartie financière ne sera due à M.Thierry Bolloré." Du fait de son départ de Renault, l'ex-directeur général perd de son côté le bénéfice du régime de "retraite chapeau" en vigueur.

Au prorata de sa présence en 2019, Thierry Bolloré empoche un salaire fixe de 651 915 euros bruts, auquel pourront venir s'ajouter jusqu'à environ 814 900 euros de salaire variable. C'est l'assemblée générale de Renault, en 2020, qui déterminera dans quelle mesure l'ex-DG a atteint les critères de performance déterminant le montant de sa rémunération variable.

Dans le cadre de l'accord transactionnel conclu avec Thierry Bolloré, celui-ci conserve le bénéfice des actions de performance dues au titre de 2017 et 2018 et la possibilité d'exercer jusqu'à la fin 2020 les options d'achat d'actions dont il est titulaire. En contrepartie, il renonce à toute réclamation "au titre de ses fonctions et leur cessation".

Clotilde Delbos, qui lui a succédé comme directrice générale par intérim, conserve quant à elle son contrat de travail correspondant à ses fonctions de directrice financière "compte tenu des circonstances exceptionnelles et du caractère transitoire" de la situation. Son salaire fixe se monte à 528.671 euros, auxquels viennent s'ajouter 371.329 euros pour atteindre le montant de rémunération de 900.000 euros - hors variable - voté par les actionnaires pour chaque directeur général ou directrice général de Renault.

Avec Reuters (Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte