Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Thibault Lanxade : "Je ne vois pas qui demande à Laurence Parisot de rester"

,

Publié le

Laurence Parisot annonce dans une interview dans le Monde daté du 2 mars son intention de briguer un troisième mandat. Elle va ainsi un cran plus loin que la question qu’elle a posée au comité des statuts qui portait sur la possibilité d’allonger le deuxième mandat du président du MEDEF. L’un des candidats officiels à sa succession, Thibault Lanxade a confié à l’Usine Nouvelle ses premières réactions face à cette annonce.

Thibault Lanxade : Je ne vois pas qui demande à Laurence Parisot de rester © DR

Sommaire du dossier

Les entreprises citées

L'Usine Nouvelle - Quelle est votre réaction à l’annonce de Laurence Parisot de ne pas seulement vouloir se prolonger mais de briguer un troisième mandat ?

Thibault Lanxade - Je suis extrêmement surpris. D’abord que l’on veuille changer des règles à la veille d’une élection. D’autant que les statuts ont déjà été modifiés, sous son impulsion, en 2008. Ensuite cette annonce intervient avant même que le comité des statuts qui a été saisi se prononce. Pourquoi brusquer les choses alors qu’un processus est déjà engagé ? Cela relève presque d’une pression que l’on exerce sur ce comité.

Laurence Parisot estime qu’elle est victime "d’un tam-tam (…) qui procède d’une intention destructrice" à laquelle elle doit mettre fin en étant claire sur ces intentions. Vous-même vous êtes mis en scène dans une vidéo envoyant des skis nautiques à Laurence Parisot...

Oui mais je ne l’ai jamais traité de bigorneau et encore moins de Poutine. J’ai préféré mettre une touche de légèreté, traiter par le clin d’œil cette étrange situation. Plus sérieusement, je crois qu’il y a un débat de fond à mener sur le mandat du président, sa durée, mais c’est justement un sujet qui doit être traité dans la campagne, afin que chacun expose ses convictions sur le sujet. Cette affaire sur le changement des statuts alors que cinq candidats, qui ont tous leur légitimité, sont déjà entrés en campagne est un mauvais signal envoyé aux entreprises, aux pouvoirs publics, aux corps intermédiaires.

Que ressentez-vous des adhérents du Medef sur cette affaire ?

C’est mon troisième sujet de surprise. J’ai rencontré des fédérations, des Medef territoriaux, je discute beaucoup. Si tous reconnaissent le travail de l’actuelle présidente, tous expriment un besoin de renouvellement. Personne ne m’a confié la volonté de la prolonger, et deux grandes fédérations, l’UIMM et la FFB, ont publiquement désapprouvé l’idée de revoir les statuts maintenant. Dans le fond, je ne vois pas bien qui demande à Laurence Parisot de rester.

Que pensez-vous de la possibilité d’exercer un troisième mandat s’il est fondé sur une élection démocratique qui remet tout le monde sur la même ligne ?

Je pense que 8 ans c’est déjà long. Compte-tenu que les combats du patronat sont lourds et souvent récurrents, son message peut s’user s’il est porté par la même personne. Ce n’est pas remettre en cause un bilan que de le dire. Il faut rafraîchir notre message en renouvelant les équipes.

Avez-vous un prochain cadeau pour Laurence Parisot ?

Oui, j’ai une nouvelle surprise, j'ai lancé une cagnotte commune sur Leetchi.com pour lui offrir un kit d'orientation nautique pour se retrouver dans la tempête.

Propos recueillis par Anne-Sophie Bellaiche

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle