Thibault et Poutou demandent un contrôle public d’ArcelorMittal Florange

Le secrétaire national de la CGT et  le candidat du NPA à la dernière présidentielle se sont rendus sur le site séparément ce 3 octobre.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Thibault et Poutou demandent un contrôle public d’ArcelorMittal Florange

"Pour ce secteur essentiel au tissu industriel du pays (ndlr: la sidérurgie), nous préconisons une maîtrise publique de ce type d'activité et, particulièrement, de cette usine, a déclaré Bernard Thibault à des journalistes. Le terme de 'nationalisation' n'est peut-être pas satisfaisant. Je préférerais que l'argent public, aujourd'hui distribué aux multinationales, soit réorienté au bénéfice d'activités maîtrisées collectivement et publiquement. Après ça, la mécanique peut être discutée".

De son côté à moins de trois kilomètres sur le site, Philippe Poutou a pour sa part exigé de son côté une "réquisition des moyens de production. Il faut faire passer cette usine sous le contrôle des salariés de manière à établir un rapport de force avec les capitalistes".

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

D’après le délégué CGT en lutte sur l’usine Ford de Blanquefort, "une issue fatale à la lutte des ArcelorMittal serait de nature à porter un préjudice à l'ensemble des conflits sociaux" en cours dans le pays.

Ces déclarations interviennent quelques jours après l’annonce par le groupe ArcelorMittal de la fermeture définitive des deux hauts-fourneaux de Florange, à l'arrêt depuis 14 mois. Cette fermeture concerne directement 629 des 2 500 salariés du site. Le groupe sidérurgique a parallèlement donné au gouvernement 60 jours pour trouver un repreneur pour la cokerie et les hauts-fourneaux mosellans.

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a indiqué que l'Etat serait prêt à les racheter pour un euro symbolique avant de les revendre à un repreneur, mais a ajouté qu'une nationalisation n'était "pas à l'ordre du jour".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS