THÉRAPIE GÉNIQUELES AMBITIONS MONDIALES DE GÉNÉTHON INDUSTRIESCréé à l'initiative de Genset, fabricant d'ADN, et de l'Association française contre les myopathies, le nouveau pôle technologique d'Evry regroupe déjà six entreprises.

Partager

THÉRAPIE GÉNIQUE

LES AMBITIONS MONDIALES DE GÉNÉTHON INDUSTRIES

Créé à l'initiative de Genset, fabricant d'ADN, et de l'Association française contre les myopathies, le nouveau pôle technologique d'Evry regroupe déjà six entreprises.



Evry va-t-elle devenir l'une des capitales des technologies génétiques? C'est en tout cas l'ambition de Genset, l'une des trois premières entreprises mondiales de fabrication d'ADN, qui entend développer dans la préfecture de l'Essonne un pôle technologique destiné à lutter contre les maladies génétiques. L'objectif est clair: créer un technopôle européen en matière de thérapie génique - baptisé Généthon Industries - qui soit en mesure de rivaliser avec ses concurrents américains, qui ont une longueur d'avance. Enjeu: un marché estimé, selon une étude du Bipe, à 300milliards de francs d'ici à 2010. En France, la thérapie génique pourrait concerner 15% des dépenses de santé.

Pièce maîtresse: le laboratoire TGS

A la base de ce projet se trouve le laboratoire de Très Grand Séquençage (TGS). D'une valeur de 60millions de francs, le TGS est détenu à égalité par Genset et l'Association française contre les myopathies (AFM), financée par le Téléthon. Pièce maîtresse du programme Généthon2, le TGS réalisera le séquençage et l'analyse de près de 100000gènes responsables de pathologies monofactorielles (mucoviscidose) ou multifactorielles (diabète, cancer, maladie d'Alzheimer). Commercialement, Genset et l'AFM partageront les brevets issus de l'identification des gènes indispensables à la mise au point des traitements. L'accord prévoit également l'accès libre de l'AFM à la banque de données constituée dans le cadre de ces travaux. Parmi les clients pressentis figurent notamment Rhône-Poulenc Rorer et Transgène. Genset a de bonnes raisons de croire à ce marché. C'est en 1990 que la jeune société fondée par Pascal Brandys et Marc Vasseur a décroché auprès de l'AFM le plus gros contrat (12millions de francs) de fourniture d'ADN de synthèse, qui devait servir au programme Généthon. Une quinzaine de sociétés européennes, japonaises et américaines sont aujourd'hui présentes dans le capital de Genset, qui, avec 30% du marché mondial de l'ADN, est au premier rang des fabricants, devant Research Genetic et Genosys. La société, qui emploie 85personnes, a deux filiales commerciales, à San Diego et à Tokyo, et compte ouvrir prochainement un bureau à Taiwan.

65 personnes au départ

Sur le technopôle d'Evry, Genset emploiera 25personnes. Cinq autres PME sont venues se greffer sur ce projet. Biocom mettra au point de nouvelles méthodes d'imagerie moléculaires d'aide au séquençage rapide. Biospace, autre fabricant d'instruments, produira des méthodes rapides de lecture et d'identification des gênes par le biais de marqueurs radioactifs.Cerep, concepteur de tests de pharmacologie moléculaire et cellulaire, développera un laboratoire de biologies moléculaire visant à intensifier le "screaning", à produire des animaux transgéniques et des thérapies géniques. Protéine Performance développera une nouvelle technologie fondée sur l'expression et la production de protéines recombinées dans les cellules d'insectes. Enfin, Labimap concevra des machines dans le domaine de la biologie moléculaire, notamment un séquenceur, et collaborera à l'évaluation a posteriori. L'ensemble des partenaires emploiera environ 65personnes.

USINE NOUVELLE N°2486

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS