Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Thales, vigie des réseaux informatiques

Hassan Meddah , ,

Publié le

Made in France Depuis son site d'Élancourt, le spécialiste de la sécurité traque le moindre signe d'activité anormale survenant sur le réseau informatique de ses grands clients.

Thales, vigie des réseaux informatiques © D.R.

Tranquillité et isolement. Ce n'est pas un hasard si Thales a installé l'un de ses sites les plus confidentiels à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Paris, dans la commune d'Élancourt (Yvelines). Quelque 450 salariés y gèrent des réseaux informatiques à distance. Pour pénétrer dans ces bâtiments à l'architecture standardisée, il faut montrer patte blanche : après le contrôle d'identité à l'entrée, le visiteur est escorté par un membre du personnel et l'accès aux salles est sécurisé par badge.

À l'abri des regards, le groupe d'électronique de défense exploite un centre d'infogérance fonctionnant 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Il assure la supervision et la protection à distance des infrastructures informatiques d'une centaine de grands comptes. « Plusieurs ministères, des entreprises du CAC 40 mais aussi des banques et des industriels nous confient la gestion à distance de leur réseau. Et de plus en plus nous demandent d'en assurer la sécurité », explique Vincent Marfaing, le vice-président chargé des activités de cybersécurité chez Thales.

La salle de supervision, la seule que possède Thales en France, ressemble à une salle de marché, l'effervescence et la nervosité des traders en moins. Là, une vingtaine de spécialistes scannent en continu, sur deux ou trois écrans chacun, l'activité des réseaux des clients. Un mur d'écrans géants synthétise l'ensemble des données importantes. Ce jour-là, ils affichent un réconfortant « RAS » (rien à signaler) sur fond vert. Mais le vert passe parfois au rouge. Un petit local attenant, séparé par une baie vitrée, abrite une salle de gestion de crise qui accueille les équipes du client lorsque son réseau est attaqué. Qui y est passé ? Quand ? Ne comptez par sur Thales pour en parler.

Hyperviseur

"Si nous n'avons pas besoin de plus de superviseurs, c'est grâce à notre technologie d'analyse automatique des données", explique Vincent Marfaing. Thales a développé un logiciel, l'hyperviseur de cybersécurité, capable de traiter les millions de données (connexions, transferts de données, accès aux bases de données...) émises par les milliers de serveurs infogérés.

Grâce à des règles de corrélation sophistiquées, cet outil est capable de détecter à partir de certains signaux faibles une activité anormale sur le réseau et d'apporter la réponse appropriée. En bout de chaîne, les superviseurs n'ont qu'à gérer une poignée d'alarmes par heure.

Le centre de supervision n'est que la partie émergée de l'iceberg. L'essentiel du travail est réalisé en amont, ailleurs. Les équipes responsables du back-office, présentes à Elancourt et sur d'autres sites en province (Toulouse, Cholet, Valence), actualisent en permanence l'hyperviseur en prenant en compte les nouvelles menaces informatiques. Cette mise au point d'antidotes garantit la sécurité apportée par Thales à ses clients.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle