L'Usine Aéro

Thales va compter sur le spatial et moins sur le militaire

,

Publié le

L’électronicien de défense Thales promet un retour à la rentabilité en 2011. Mais il peut dire merci à ses activités spatiales : ce sont elles qui vont surtout alimenter la croissance future.

Thales va compter sur le spatial et moins sur le militaire © DR

Oublier 2010 et se tourner vers 2011 et 2012. Voilà la feuille de route de Luc Vigneron, PDG de Thales, qui présentait les résultats du groupe aujourd’hui, vendredi 25 février 2011. Thales a enregistré une perte nette de 45 millions d’euros l’an dernier, et comme annoncé il y a dix jours, un résultat opérationnel courant négatif de 92 millions.

Ce bilan, un peu sinistre, est contrebalancé par le fait que le groupe a limité la casse au niveau des prises de commandes, avec un retrait de 6 % à un peu plus de 13 milliards d’euros. « Cela nous permet de couvrir une année de chiffre d’affaires », explique le PDG. Mais c’est justement là que se dessine l’avenir du groupe : les commandes en matière de défense et sécurité, métiers clés du groupe, se sont effondrées de 26 % alors que celles du secteur aéronautique et transport, des activités plus « civiles », ont progressé de 26%.

Perspectives

-Objectif de marge opérationnelle de 5% / au chiffre d’affaires en 2011

-Légère progression du CA, grâce au pôle Aérospatial-Transport

-Pour 2020 : atteindre 20 milliards d’euros de CA, en développant les services (passer de 16 % actuellement à 25%) et les pays émergents (26 % du CA aujourd’hui).


Cet effet de balancier va faire bouger le centre de gravité de Thales. Dans le premier secteur, la fin du plan de relance français et la baisse des budgets militaires un peu partout en Europe ont joué un rôle central. Au contraire, dans l’aéronautique, c’est le spatial qui va alimenter l’activité du groupe au travers de la filiale franco-italienne Thales Alenia Space, détenue à 67% par Thales et 33% par Alenia. Contrat des 81 satellites américains Iridium (où Thales a battu Lockheed Martin), satellite d’observation français CSO, constellations O3B, satellite en Turquie, charge utile en Russie...

De même, dans le transport, Thales a gagné des contrats importants avec le métro de New York et de celui de Manchester. Du coup, les contrats militaires, comme celui des radars de défense aérienne en Allemagne, ou celui des drones Watchkeeper au Royaume-Uni, paraissent maigrichons. A l’avenir, quand ces contrats produiront des facturations, Thales aura donc une physionomie plus « civile » et sans doute un peu moins militaire que par le passé.

Au niveau des contrats à problème, comme l’A400M ou l’avion de patrouille maritime turc Meltem, qui expliquent les pertes opérationnelles de 2010, Luc Vigneron assure que leur situation est aujourd’hui « sous contrôle ». De nouvelles procédures pour évaluer les risques sur les gros contrats ont été déployées.

Le PDG de Thales, n’hésitant pas à court-circuiter la hiérarchie, a décidé de contrôler en personne les 10 principaux programmes en cours. Par ailleurs, une task force des meilleurs experts de Thales a été créée - la « Tiger team » - pour intervenir en pompier volant si un problème se présentait. C’était le cas en fin d’année dernière dans l’activité calculateur pour l’avionique, où les bureaux d’études débordés avaient connu un problème de logiciel.

Des résultats 2010 à oublier

Chiffre d’affaires : 13,12 milliards d’euros, + 2% / 2009

Dont : Défense & Sécurité, 7,51 milliards (stable) ; Aérospatial & Transport, 5,54 milliards (+ 4 %)

 

Résultat opérationnel courant : - 92 millions contre + 151 millions en 2009

Dont : Défense & & sécurité, 153 millions (- 54%) ; Aérospatial & transport, - 221 millions (contre – 105 millions en 2009)

 

Résultat net part du groupe : - 45 millions contre – 128 millions en 2009

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte