Thales pleinement confiant, malgré la crise

Partager

En 2008, l'électronicien français a reçu pour plus de 14 milliards d'euros de commandes et se dit « tout à fait confiant » pour atteindre son objectif de 6 % de croissance organique. Son P-DG Denis Ranque table sur une marge opérationnelle de 6,75 %, après les provisions de 20 millions d'euros au premier semestre et de 60 millions au second, toutes deux liées au retard de l'avion de transport militaire A400M. Jean-Georges Malcor, jusqu'ici directeur de la division navale, a d'ailleurs remplacé début janvier François Quentin (dont les nouvelles responsabilités n'ont pas encore été fixées) à la direction aéronautique.

Thales anticipe une nouvelle croissance en 2009. Ses marchés, comme la défense, l'espace et les transports terrestres, étant « peu touchés par la crise » et les commandes gouvernementales représentant 60 % de ses ventes. Le groupe industriel compte également améliorer sa rentabilité et poursuivre sa croissance externe « avec le même dynamisme et la même prudence ».

Concernant son nouvel actionnaire Dassault Aviation, qui a acquis les 20,8 % d'Alcatel-Lucent, Denis Ranque s'est dit « désireux de travailler étroitement » avec lui. Tout en reconnaissant avoir essayé de « faciliter la tâche » d'Alcatel en cherchant des solutions alternatives, il a affirmé ne pas s'être « opposé du tout » à l'arrivée de Dassault Aviation. Les Echos ont récemment affirmé que la direction de l'avionneur faisait pression auprès de l'Etat français pour obtenir le départ de Denis Ranque.

M.M.

A lire aussi :
Pierre Bénard, patron de Thales Alenia Space, à Cannes, 13/01/2009
Dassault Aviation non contraint à une OPA sur Thales, 28/11/2008
Thales : contrat optronique avec Safran, sonar avec BAE Systems, 28/10/2008

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS