Thales aurait sélectionné les acquéreurs potentiels de son activité de signalisation

Afin de recentrer son portefeuille d'actifs, le groupe Thales s'apprête à vendre son activité de signalisation ferroviaire, pour une somme sûrement supérieure à 1,5 milliard d'euros. Un temps pressenti, Alstom ne figure finalement pas dans la liste des repreneurs potentiels.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Thales aurait sélectionné les acquéreurs potentiels de son activité de signalisation
Les activités de signalisation ferroviaire représentent 10 % du chiffre d'affaires de Thales. /Photo d'archives/REUTERS/Régis Duvignau

Défense, aéronautique civile, spatial, solutions d'identité et de sécurité numériques, transport... Le groupe français Thales semble être partout à la fois. Mais cette diversité est justement pointée du doigt par certains investisseurs, qui voudraient que le géant recentre son portefeuille d'actifs. En avril, des sources proches de l'entreprise ont ainsi révélé qu'elle prévoyait de revendre ses activités de signalisation ferroviaire, qui pèsent environ 10 % de son chiffre d'affaires total.

Les potentiels repreneurs auraient récemment été sélectionnés : il s'agirait du Japonais Hitachi Rail, du Suisse StadlerRail et de l'Espagnol CAF. Le Français Alstom ne figure finalement pas parmi cette liste, le PDG Henri Poupart-Lafarge a confirmé à l'Usine Nouvelle que le groupe n'était pas intéressé et que l'opération ne serait de toute façon pas acceptée par Bruxelles.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un contrat récent en Allemagne

Thales aurait demandé aux entreprises concernées de lui soumettre une offre ferme d'ici la fin de la semaine. S'il juge le prix satisfaisant, il pourrait choisir le repreneur fin juillet ou début août. Les estimations de la valorisation de cette activité varient de 1,5 à 2,5 milliards d'euros en raison des incertitudes sur la progression de son redressement et ses perspectives de croissance à venir. L'entreprise française et les acheteurs potentiels ont refusé de commenter ces informations ou n'étaient pas joignables dans l'immédiat.

En février dernier, Thales avait pourtant signé un contrat important dans la signalisation ferroviaire, avec l’opérateur historique allemand Deutsche Bahn, pour équiper la région de Stuttgart d’un poste d’aiguillage digital, du système européen de contrôle des trains (ETCS niveau 2) et de la conduite automatique des trains. Une première mondiale.

Avec Reuters (Reportage Arno Schuetze à Francfort et Gwénaëlle Barzic à Paris, version française Jean-Michel Bélot, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    AVRIL
ARTICLES LES PLUS LUS