L'Usine Aéro

Thales au cœur du système électrique du Boeing 787

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

L'équipementier français Thales n'est pas à l'abri des critiques qui se concentrent sur le dysfonctionnement des batteries lithium-ion embarquées par l’avion de Boeing.

Thales au cœur du système électrique du Boeing 787 © Laurence Rousseau - L'Usine Nouvelle

Sommaire du dossier

Aux côtés des ingénieurs de Boeing, les experts de Thales sont actuellement mobilisés pour trouver les raisons du dysfonctionnement des batteries qui ont causé des départs de feu dans les 787 des compagnies japonaises. En effet, ces batteries conçues par la société japonaise GS Yuasa, sont intégrées dans le système de conversion électrique fabriqué par le français. Ce système comprend un ensemble d’équipements permettant de fournir des tensions électriques adaptées aux standards des différents équipements consommateurs d’énergie.

Evidemment il faudra attendre les résultats de l’enquête technique menée par les enquêteurs du bureau américain de la sécurité des transports (NSTB) pour identifier les responsabilités de chacun des fournisseurs. L’enquête s’annonce complexe tant les fournisseurs sont nombreux. Ainsi le NTSB va examiner des composants réalisés par deux sous-traitants américains, Pratt & Whitney et Securaplane. Toutefois, en tant que fournisseur d’un système complet, le groupe français joue un rôle central et sa responsabilité est potentiellement engagée sur deux points.

Thales a choisi la technologie et le fournisseur

D'une part, GS Yuasa a été sélectionné par Thales en 2005 et non imposé par Boeing. Thales avait opté pour la technologie Lithium-ion en 2005 car elle permettait d'embarquer pour la première fois dans des avions des batteries deux fois moins lourdes que les batteries traditionnelles au nickel-cadmium. Avec toutefois un risque connu de surchauffe si les mécanismes énergétiques ne sont pas parfaitement contrôlés. Il est à noter que Thales n’a pas sélectionné son fournisseur habituel de batteries le groupe français Saft, avec qui il travaille sur l’A350 XWB et l’A380 d’Airbus

D'autre part, Thales fournit une partie de l'électronique qui doit assurer la sécurité de la batterie. Ces batteries qui marquent une rupture dans le secteur aéronautique, nécessitent en effet d’être gérées très précisément pour s’assurer de leur bon niveau de charge et éviter tout risque de surchauffe. Or, au vue des incidents survenus sur les 787, cette protection n’a pas joué son rôle. Pour quelle raison? Encore fois, ce sera à l'enquête de le déterminer.

Enfin, le dysfonctionnement pourrait aussi provenir d’une mauvaise  intégration de la batterie aux équipements de Thales. Or celle-ci est réalisée aux Etats-Unis par les équipes de Boeing qui reçoivent les composants qui restent à assembler.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte