Transports

Thales, aiguilleur en chef du nouveau tunnel ferroviaire géant du Gothard en Suisse

, , ,

Publié le

Le groupe français Thales a réalisé la signalisation ferroviaire du plus long tunnel du monde qui ouvre ce mercredi 1er juin sous les Alpes suisses. En déployant la technologie dernier cri ETCS2. Celle-ci permettra la circulation de plus de 350 trains par jour à 250km/h dans cet ouvrage de 57km de long qui doit booster le ferroutage en Suisse.

Thales, aiguilleur en chef du nouveau tunnel ferroviaire géant du Gothard en Suisse
Tunnel ferroviaire du Saint-Gothard en Suisse

Une belle vitrine Thales... Ce mercredi 1er juin sera inauguré en Suisse le tunnel ferroviaire le plus long du monde avec ses 57 kilomètres, celui du Saint-Gothard. Un petit événement en Europe qui sera salué à bord d’un train spécial par le gouvernement suisse, ainsi qu’Angela Merkel, François Hollande et Matteo Renzi. Avec pour "aiguilleur en chef", le  groupe Thales et ses solutions de signalisation..

Dans cet ouvrage hors norme, plus long que les 49,9 km du Tunnel sous la Manche, la sûreté est évidemment un point cardinal. C’est là qu’intervient la division transport terrestre du groupe Thales. Celle-ci est partie prenante du consortium Transtec qui a réalisé la partie ferroviaire de l’ouvrage, à savoir pour la seule signalisation et Thales un marché de 177 millions d'euros, soit 10% du prix de l’infrastructure hors génie civil qui a lui coûté 7,2 milliards d'euros.

Deux tubes parrallèles

Ce tunnel de base (comprendre sans pente) de 57 km de long  est constitué de deux tubes parallèles. Et Thales y a déployé selon le cahier des charges des chemins de fer fédéraux suisses (CFF), le futur exploitant, une signalisation dernier cri, à savoir répondant à la norme ERTMS et plus précisément ETCS 2 (European Train Control System) peu à peu déployée en Europe.

Outre l’harmonisation de l’Europe du rail, ce système vise à optimiser la circulation et la distance de sécurité entre deux trains, l’alpha et l’oméga de la sécurité ferroviaire.

Objectif final pour le Gothard : accroître en toute sécurité le trafic à la vitesse commerciale maximale de 250 km/h. Et pas seulement pour les VIP ou les passagers, en Suisse le nouveau tunnel est une des clés du report modal de la route vers le rail du trafic commercial nord sud du pays et au-delà du grand corridor européen allant des ports nord européens jusqu’aux ports italiens comme Gênes.

Dans le système ETCS 2, les informations de circulation et signalisation sont notamment transmises via un réseau GSM-R déployé sur la ligne dans un échange radio permanent entre le train et le centre de contrôle, à quoi s’ajoutent d'autres dispositifs comme des balises au sol, et permet de supprimer les signaux lumineux, ce qui est le cas à l'intérieur du tunnel.

"Ce système de dernière génération avec une information en temps réel dans la cabine du conducteur permettra dans les deux sens chaque heure la circulation de huit trains, dont deux de fret", appuie Denis Laroche, VP Business Development, Thales Transportation, soit à terme plus de 350 trains par jour, dont 60 à 80 convois de fret.

A chacune de ses extrémités, ce tunnel est doté d’un centre de contrôle qui sera exploité par CFF et où sont déployés les terminaux et progiciels conçus par Thales. L’un étant situé en zone alémanique à Ersfeld (Uri) et l’autre italophone à Biasca (Tessin), "l’ensemble a nécessité la traduction du système en deux langues, soit au total un référentiel technique équivalent à 230 mètres de rayonnage!" relate le suisse Peter Huber, directeur du consortium Transtec.

Au-delà de cette anecdote liée au particularisme helvète, "cet ensemble de signalisation sera l’installation de ce type la plus longue déployée dans un tunnel au monde avec des contraintes propres à ce type d’ouvrage, comme la capacité à pouvoir gérer très rapidement la marche arrière d’un train en cas d’urgence", indique Alfred Veider, PDG de Thales Autriche qui supervise aussi les technologies ETCS en Europe au sein du groupe français et de sa division transport terrestre.

Simulation numérique

Si le tunnel est inauguré ce 1er juin, il entrera en exploitation commerciale le 11 décembre après une batterie des tests réalisés par les CFF après ceux conduits par les contractants réunis au sein du consortium Transtec qui a réalisé l'ouvrage, hors génie civil.. Mais en fait, des milliers de trains virtuels ont, en fait, déjà circulé sur les écrans de simulation de Thales dans son centre d’ingénierie de Zurich. Celui-ci qui emploie une soixantaine d’ingénieurs a conçu en relation le système sur la base des solutions techniques du groupe français.

Opérant à la fois dans le secteur des trains et des transports urbains, cette division est, à côté de l'aérien,  un des piliers des activités civiles de Thales. Construite en partie sur les actifs ferroviaires d'Alcatel Lucent intégrés en 2007, elle réalise un chiffre d'affaires d'environ 1,5 milliard d'euros. Peu présente en France pour des raisons historiques (c’est la chasse gardée d’Alstom), elle compte parmi les six leaders mondiaux aux cotés de groupes comme Siemens, Ansaldo/Hitachi et donc Alstom sur un marché mondial d’environ 10 milliards d’euros qui progresse de 3 à 4% par an. Cette division, assez discrète du groupe présidé par Patrice Caine s'est trouvée en pleine lumière l'an dernier en emportant le marché de la signalisation du métro de Londres à savoir près de 1 milliard d'euros et le plus gros marché civil de l'histoire de Thales.

Mais le Gothard est aussi une référence de choix pour le groupe. Le consortium Transtec Gothard qui associe, outre Thales, les entreprises Balfour Beatty, Alpiq et Heitkamp a réalisé les travaux du tunnel en huit ans au lieu des neuf prévus! Après cet exploit, Thales est contractant d’un autre chantier ferroviaire suisse : la signalisation du tunnel de base du Ceneri (15,4km). Situé dans le prolongement du Gothard, il doit compléter la modernisation de cette ligne et permettre de relier Zurich et Milan en moins de 2h40.

En pleine phase de modernisation, les CFF prévoient en fait d'équiper l'ensemble du réseau helvète en ETCS 2 d'ici à 2025. De beaux marchés en vue pour Thales mais aussi ses concurrents sur ce marché disputé.

.Pierre-Olivier Rouaud

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte