TF1 choisi par Bertelsmann pour racheter ses parts dans M6

par Gwénaëlle Barzic et Tangi Salaün
TF1 choisi par Bertelsmann pour racheter ses parts dans M6
Le groupes Bouygues et sa filiale TF1 s'apprêtent à annoncer le rachat de 30% des titres du groupe de médias M6 mis en vente par le groupe allemand Bertelsmann. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau

PARIS (Reuters) - TF1 a engagé des négociations exclusives en vue de prendre le contrôle de son rival M6 en déboursant 641 millions d'euros pour acquérir l'essentiel des titres détenus par l'allemand Bertelsmann, une transaction qui va rebattre les cartes de l'audiovisuel français si elle franchit l'obstacle de la concurrence.

Aux termes de l'accord officialisé tard lundi, Bouygues, maison-mère du numéro un de la télévision privée en France, détiendra 30% d'un nouvel ensemble dont le résultat opérationnel combiné représenterait 461 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 3,4 milliards d'euros selon les chiffres de 2020.

L'allemand RTL, filiale de Bertelsmann, conserverait quant à lui 16% de la nouvelle entité ainsi créée et serait lié par un pacte d'actionnaire à Bouygues, "actionnaire de contrôle exclusif", peut-on lire dans un communiqué commun des sociétés. Le solde sera coté en Bourse.

TF1 faisait figure depuis le début de favori en raison des synergies espérées d'un rapprochement avec son grand rival, que les nouveaux partenaires estiment entre 250 à 350 millions d'euros par an trois ans après la clôture de la transaction.

Outre M6, vaisseau amiral du groupe fondé en 1987, TF1 met également la main sur RTL, première radio privée française, mais également les chaînes W9, 6Ter ou encore Gulli.

"Ce projet de fusion est essentiel pour garantir l'indépendance à long terme de la création française de contenu et pour continuer à offrir des contenus locaux diversifiés et de qualité, dans l'intérêt du public", écrivent les sociétés dans le communiqué.

Bertelsmann, qui était à la recherche de repreneurs depuis fin 2020 pour ses 48% dans M6, poursuit ainsi son désengagement du marché français après avoir déjà conclu un accord de cession de Prisma Media avec Vivendi.

L'OBSTACLE DE LA CONCURRENCE

Le groupe allemand, dont la part dans la nouvelle entité lui permettra de capter une partie des synergies, a préféré l'offre de TF1 aux propositions qui lui avaient notamment été faites par Vivendi, l'entrepreneur des télécoms Xavier Niel ou encore Mediaset.

La finalisation de la transaction, qui a été approuvée à l'unanimité par les conseils d'administration de TF1, Bouygues et RTL Group ainsi que le conseil de surveillance de M6, est visée d'ici la fin de 2022.

L'opération, qui prévoit la distribution d'un dividende extraordinaire de 1,50 euro aux actionnaires de M6, devra toutefois obtenir le feu vert des régulateurs et notamment de l'Autorité de la concurrence, un processus qui s'annonce délicat au vu de la part de marché que détiendront ensemble les deux groupes sur le marché de la publicité à la télévision.

Le président du directoire du groupe allemand, Thomas Rabe, avait d'ores et déjà indiqué fin mars que TF1 avait formulé la meilleure offre mais que celle-ci risquait de se heurter à des obstacles réglementaires.

Une consolidation de l'audiovisuel en Europe est cependant jugée nécessaire par de nombreux acteurs du secteur pour faire face à la concurrence exacerbée des plateformes de vidéos en ligne comme Netflix, Amazon prime ou Disney+ aux moyens financiers sans commune mesure.

C'est l'actuel président du directoire de M6, Nicolas de Tavernost, 70 ans, qui a vocation à prendre la tête du nouvel ensemble tandis que l'actuel PDG de TF1, Gilles Pélisson, deviendrait directeur général adjoint de Bouygues "chargé des médias et du développement" à la réalisation du rapprochement.

RTL Group a pour conseil financier JPMorgan et White & Case pour conseil juridique. Bouygues a été conseillé par Rothschild, Darrois Villey Maillot Brochier et Vogel & Vogel et Flichy Grangé, tandis que M6 a été accompagné par Lazard, Bredin Prat, Allen & Overy, Arsene-Taxand et Deprez Guignot.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Ingénieur Sûreté de Fonctionnement - Assurance qualité Logiciel (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 26/07/2022 - CDI - La Défense

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS