Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Tesla, « the » constructeur de la Silicon Valley

Manuel Moragues , , ,

Publié le

Quand la high-tech californienne se met à l'automobile, cela donne des voitures électriques « branchées » aux performances de pointe. Visite de la Tesla Factory prête à accueillir sa luxueuse dernière-née : la Model S.

Les immenses bâtiments flanqués de parking déserts s'égrènent en contrebas de l'autoroute qui traverse la Silicon Valley. Sous la houlette de Toyota et de General Motors, plus de 6 000 véhicules sortaient chaque jour de l'usine de Fremont. Le nouveau propriétaire ambitionne d'en produire 20 000 par an. Il s'appelle Tesla Motors, il est dirigé par l'une des stars de la high-tech californienne, Elon Musk, le fondateur de Paypal. Et c'est un constructeur 100 % électrique. À son actif, la vente depuis 2008 de 2 000 Roadsters, des sportives de luxe qui ont fait voler en éclats l'image de voiturette associée à l'électrique. Le 9 février, il devait dévoiler sa troisième création : la Model X, une électrique abordable destinée cette fois-ci au grand public.

Rouge vif pour les machines, blanc éclatant pour le sol en époxy, la Tesla Factory affiche son goût pour les contrastes. La production de la Model S - la cadette - vient de démarrer. La version de préproduction, dite « bêta », a été dévoilée en octobre 2011. Elle affiche des performances impressionnantes, dont une autonomie allant jusqu'à 500 km pour la version à 77 000 dollars (58 500 euros). Les six mille réservations qui ont déjà été enregistrées dépassent la production prévue pour 2012.

Les files de convoyeurs qui sillonnent l'usine quasi déserte transportent de l'air et les brigades de robots s'agitent dans le vide. « On en est encore au déverminage du process », prévient Gilbert Passin, le vice-président manufacturing. Cet ancien directeur des méthodes de Renault présente ses machines avec délectation et avec leur chaperon : « Nous recrutons des Européens pour les installer. » Oliver est ainsi arrivé il y a quelques mois d'Allemagne pour s'occuper de la découpe laser 3D de Trumpf. Rod a été débauché d'Aston Martin pour mettre en place les machines d'injection plastique d'UBE. Marc, ingénieur franco-allemand, travaille à la mise en route de la gigantesque presse hydraulique estampillée Schuller qui emboutira les pièces en aluminium.

 

Un contrat de 100 millions pour les batteries des RAV4

 

Les constructeurs ont également été séduits. Daimler s'est ainsi associé dès 2007 au californien pour intégrer ses batteries dans ses Smarts électriques. Ce partenariat a été renforcé en 2009 et étendu aux Mercedes Class A E-Cell. L'allemand est même entré au capital de Tesla à hauteur de 10 %. En 2010, parallèlement à la vente de l'usine de Fremont, Toyota a acheté pour 50 millions de dollars d'action Tesla et a signé un contrat de 100 millions de dollars sur trois ans pour équiper ses RAV4 électriques de batteries et de transmissions électriques. Pack de batteries et groupe motopropulseur forment le coeur du savoir-faire de Tesla. Le californien est pionnier dans l'intégration et la gestion thermique des cellules lithium ion cylindriques, utilisées dans l'électronique grand public. Leur prix est moins élevé que celui des cellules prismatiques (plates) utilisées par la plupart des constructeurs. Un avantage qui lui permet de proposer des batteries stockant deux à quatre fois plus d'énergie que celles équipant les Renault Fluence et autres Nissan Leaf.

« Notre modèle industriel est différent de celui des autres constructeurs, revendique Gilbert Passin. Nous misons sur le maximum d'intégration verticale. Cela nous permet d'être très réactifs, de faire évoluer rapidement nos produits et de maîtriser parfaitement la qualité. » Pièces plastiques, toits ouvrants, pièces en aluminium (98 % de la caisse), transmissions, entre autres, seront fabriqués sur place. Tout comme l'afficheur de 17 pouces placé au coeur du cockpit, une sorte d'iPad survitaminé et 4G qui concentre les commandes des équipements. Avec, pour en peaufiner l'interface, un ingénieur venu d'une entreprise située à quelques kilomètres de là : Apple.

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle