Tesla, son Autopilot et son 1,3 milliard de miles de données

Grâce à son 1,3 milliard de miles de données récoltées, Tesla détient un avantage certains sur ses concurrents dans la course à la voiture autonome, défend Bloomberg. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Tesla, son Autopilot et son 1,3 milliard de miles de données
En installant son Autopilot dans tous les véhicules depuis octobre 2014, Tesla a recueilli plus d'un milliard de miles de données.

Le chiffre est vertigineux. Dans un long article publié mardi 20 décembre, Bloomberg revient sur la masse de données collectées par Tesla grâce à l’installation en octobre 2014 de l’Autopilot dans ses véhicules. En un peu plus de deux ans, le constructeur a ainsi collecté la bagatelle de 1,3 milliard de miles de données – soit plus de 2 milliards de kilomètres.

Or, "dans la course frénétique à la voiture autonome, ces données massives venues du monde réel ont une valeur inestimable", relève Bloomberg. "Il ne fait aucun doute que Telsa possède un avantage" sur ses concurrents, confirme Nidhi Kalra, une scientifique de la RAND Corporation. "L’entreprise peut apprendre grâce à un nombre d’expériences plus important que celui engrangé par ses concurrents, et à un rythme plus élevé qu’une entreprise en train de tester ses véhicules avec des pilotes professionnels ou des employés", explique la spécialiste en science de l’information auprès du site d’information américain.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des tests à grand renfort d'ingénieurs

De quoi permettre à Tesla d’améliorer ses algorithmes grâce à ces données et d'atteindre in fine la promesse faite par la voiture autonome : sauver des vies, souligne Bloomberg. Car l’entreprise ne profite pas seulement de cette masse de données. Mais aussi de leur qualité, puisque celles-ci sont issues d’une utilisation en conditions réelles. Quand l’Autopilot est arrivé, le véhicule est par exemple capable de changer de file. Le propriétaire est toutefois invité par Tesla à toujours avoir les mains sur le volant. Mais certains peuvent ne pas comprendre cette injonction ou tout simplement l’ignorer, rappelle Bloomberg.

A l’inverse, les véhicules concurrents évoluent sous la scrupuleuse vigilance de professionnels. Bloomberg liste ainsi une série d’expérimentations en cours, comme les voitures de General Motors en test dans le Michigan… avec des ingénieurs à bord. Tesla peut de son côté "analyser ses données sous toutes les coutures et continuer à bidouiller ses algorithmes", explique à Bloomberg Richard Wallace, spécialiste du Center for Automotive Research d’Ann Arbor dans le Michigan. Et promettre un Model 3 fin 2017 qui proposera une autonomie totale, là où les autres constructeurs misent sur 2020 et au-delà.

Lire l'article sur le site de Bloomberg

0 Commentaire

Tesla, son Autopilot et son 1,3 milliard de miles de données

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS