Tesla promet de diviser par deux le coût de ses batteries sans convaincre les investisseurs

Tesla a dévoilé le 22 septembre une nouvelle stratégie pour réduire le coût de ses batteries et donc de ses voitures électriques. Déçus par les annonces, les investisseurs ont sanctionné l'entreprise américaine en Bourse.

Partager

Tesla promet de diviser par deux le coût de ses batteries sans convaincre les investisseurs
Le patron de Tesla, Elon Musk, est célèbre pour ses promesses ambitieuses et qu'il ne tient pas toujours. /Photo d'archives/REUTERS/Aly Song

Pour Tesla, la bataille de la rentabilité va se jouer sur les batteries. Lors d’une présentation très attendue, mardi 22 septembre, le constructeur de voitures électriques a promis de diviser par deux le coût des batteries. Malgré tout, les annonces de l’entreprise américaine n’ont pas convaincu les investisseurs.

ÉVÈNEMENT
ÉVÈNEMENT

Une Tesla à 25 000 dollars dès 2023 ?

En 2023, “nous pourrons produire une voiture à 25 000 dollars [21 390 euros] qui sera fondamentalement comparable, ou peut-être même un peu meilleure, qu'une voiture à essence similaire", a annoncé le patron de Tesla, Elon Musk. Le véhicule présenté serait aussi complètement autonome. Aujourd’hui, le best-seller Model 3 est vendu à partir de 37 990 dollars (32 500 euros).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Pour construire ce nouveau modèle low-cost, Tesla veut réduire de 50 % le coût de ses batteries. L’entreprise souhaite par exemple transformer la batterie en élément structurel de la voiture de façon à réduire son poids. Elle souhaite aussi se passer du cobalt, un métal rare coûteux qui a déjà valu des critiques à Tesla. En décembre 2019, une organisation de défense des droits de l’homme accusait le groupe d’encourager le travail d’enfants dans des mines de la République démocratique du Congo.

Tesla veut internaliser une partie des cellules de batterie

Célèbre pour ses promesses ambitieuses (qu'il ne tient pas toujours), le patron de Tesla a admis que l’entreprise n'avait pas encore finalisé la conception de sa nouvelle batterie. De plus, les innovations décrites n'atteindront pas “une réelle production de masse avant 2022", a précisé le dirigeant sur Twitter.

Même si Tesla souhaite fabriquer ses propres cellules de batterie, l’entreprise ne va pas congédier ses actuels fournisseurs : le japonais Panasonic, le sud-coréen LG Chem ou encore le chinois CATL. “Nous avons l'intention d'augmenter et non de réduire les achats de cellules de batteries de Panasonic, LG et CATL (éventuellement d'autres partenaires également)”, a écrit Elon Musk sur Twitter. “Cependant, même si nos fournisseurs de cellules vont à leur vitesse maximale, nous prévoyons toujours des pénuries importantes en 2022 et au-delà, à moins que nous n'agissions nous-mêmes”, a-t-il précisé.

Les investisseurs déçus

La capitalisation boursière de Tesla a chuté de 20 milliards de dollars en seulement deux heures après la clôture des marchés mardi 22 septembre, après l’intervention du sulfureux patron de l’entreprise, Elon Musk. Le titre a clôturé en retrait de 5,6 % et a continué de reculer de 6,9 % dans les échanges d'après-Bourse. "Rien de ce dont Musk a parlé à propos des batteries n'est acquis. Il n'y avait rien de tangible", a déclaré Craig Irwin, analyste chez Roth Capital Partners.

Les investisseurs s'attendaient à deux annonces importantes au cours de ce qu'Elon Musk a mis en avant comme le "Battery Day": le développement d'une batterie d'une durée de vie de 10 ans ou plus, et un objectif spécifique de réduction des coûts censé permettre d'abaisser enfin le prix de vente d'un véhicule électrique à un niveau inférieur à celui d'une voiture à essence. Elon Musk n'a annoncé ni l'un ni l'autre. Au lieu de cela, il a promis de réduire de moitié les coûts des batteries d'ici plusieurs années grâce à une nouvelle technologie et ainsi proposer une voiture électrique "abordable".

Malgré les difficultés liées à la crise du Covid-19, Tesla espère livrer 500 000 voitures en 2020, soit une augmentation de 36 % par rapport à 2019. À terme, l’entreprise vise un volume bien plus grand : elle espère produire un jour 20 millions de véhicules chaque année.

Avec Reuters (Tina Bellion à New York, Noel Randewich à San Francisco et Paul Lienert à Detroit; version française Jean Terzian)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

ARTICLES LES PLUS LUS