Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Terrena poursuit ses investissements malgré un contexte difficile

, , ,

Publié le

Le groupe coopératif Terrena, basé à Ancenis (Loire-Atlantique), maintiendra cette année à un haut niveau ses investissements industriels même s'ils seront en baisse par rapport à l'an passé. Le programme prévoit un total de 77 millions d'euros contre 87,4 millions en 2003.
Parmi les principales opérations retenues : la reconstruction sur 11 000 mètres carrés de l'abattoir de poulets à Nueil-les-Aubiers (Deux-Sèvres) pour un coût de 22 millions d'euros ; la réalisation à Mésanger (Loire-Atlantique) de la plate-forme Odalis réservées aux agrofournitures (8 millions) ; l'agrandissement sur 6 000 mètres carrés de la fromagerie de la filiale Laiterie du Val d'Ancenis, située sur le siège social, pour augmenter la capacité de production de fromage à pâte molle (7 millions) ; la construction d'un moulin à Andrezé (Maine-et-Loire) qui remplacera celui de la commune voisine de Beaupréau (2,8 millions).
Benoît Lamy et Louis Evain, respectivement président et vice-président de Terrena, affichent clairement leur objectif : « Valoriser au mieux nos productions pour dégager davantage de valeur ajoutée. »
Pour la première fois de sa jeune histoire, le groupe, issu de la fusion des coopératives Cana et Caval et de leurs différentes filiales de transformation, a publié un chiffre d'affaires consolidé qui s'est élevé en 2003 à 2,976 milliards d'euros pour un résultat net (part du groupe) de 19 millions. Un bilan qui traduit une année difficile, en particulier pour la volaille : Gastronome a encore enregistré de lourdes pertes (le montant n'est pas précisé) après celles de 2002 (19 millions d'euros). Globalement, toutes les filières sont attaquées à l'exception des céréales qui bénéficient d'une flambée des prix. Terrena souffre en particulier d'une concurrence internationale féroce qui lui fait perdre des parts de marché à l'exportation.
Jacques le Brigand

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle