Terrena et Système U font marques communes en viande porcine

En amont du salon de l’Agriculture, le groupe coopératif Terrena et le distributeur Système U vont tous les deux apposer leurs marques sur une gamme de produits à base de porc.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Terrena et Système U font marques communes en viande porcine

Le groupe Terrena (4,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires), l’une des principales coopératives françaises, a signé un partenariat avec le distributeur Système U - lui aussi coopératif - en amont du Salon de l’Agriculture. Les deux opérateurs vont développer une gamme de produits de viande de porcs à leurs deux marques ("Nouvelle agriculture" pour la coopérative et "Marque U" pour le distributeur). Une démarche originale de "co-branding" jamais initiée dans le secteur agricole. La gamme compte une dizaine de références en viandes fraîches et une quinzaine en saucisserie.

"Cet accord est le fruit de près de 18 mois de négociation", indique Hubert Garaud, le président du groupe coopératif. Il devrait courir sur trois ans renouvelables. Le cahier des charges inclut une nourriture sans OGM, intégrant du lin, et une démarche de progrès sur cinq ans visant à supprimer l’utilisation d’antibiotiques sur les animaux, ainsi que des mesures de bien-être animal. Le prix payé au producteur est encadré dans un tunnel évitant des baisses trop importantes en cas de crise.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un investissement à Laval

Ce sont 28 producteurs du groupe qui sont concernés, soit une production annuelle de 50 000 animaux (soit 12 à 15 % de la production de Terrena), et le groupe coopératif ambitionne de doubler ces volumes rapidement. Pour le distributeur, qui n’avait pas jusqu’ici d’offre de produits porcins en UVCI (unité de ventes consommateurs développé par un industriel), les volumes représente environ 10 % des UVCM (unités de vente consommateurs magasins) c’est-à-dire les barquettes conditionnées par les laboratoires des magasins.

L’accord a généré un investissement de près de un million d’euros sur le site d’abattage Holvia Porcs de Laval (Mayenne) du groupe coopératif. "L’accord permet de maintenir un outil de production qui aurait pu être menacé de fermeture comme beaucoup d’autres abattoirs", souligne Serge Papin, le patron de l’enseigne de distribution, devenu l’un des meilleurs VRP du monde agricole.

Patrick Déniel

Partager

NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS