Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

L'Anses dédouane les pneus usés des terrains synthétiques

Sybille Aoudjhane , ,

Publié le

Suite aux polémiques sur d'éventuels risques de santé au contact de granulats de pneus usés situés sur les terrains synthétiques de jeu, l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail a rendu un rapport très attendu. Mais pointe du doigt les "limites méthodologiques" des études dont elle dispose.

L'Anses dédouane les pneus usés des terrains synthétiques
Selon l'Anses les risques sont surtout environnementaux et concernent peu la santé.
© CC Pixhere

L’Anses a publié un rapport sur l’impact de la présence de granulats de pneus usés présents dans les terrains synthétiques sur la santé et l’environnement. Certains terrains de football utilisés par de nombreux enfants sont conçus avec de l’herbe synthétique et une couche de granulats de morceaux de pneus recyclés. Ils permettent d’amortir les chutes sur le terrain.

Un danger potentiel, selon une enquête de So foot et Envoyé Spécial de février dernier. Plusieurs ministères avaient alors saisi l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail pour analyser les risques.

 

Pas d’augmentation du risque cancérogène

L’Anses a recensé une cinquantaine d’études sur ce sujet. Celles-ci mettent surtout en garde face aux risques environnementaux "liés au transfert de substances chimiques dans les milieux (zinc, phénols…) via les sols et les systèmes de drainage des eaux de pluie". En revanche, concernant la santé, "les analyses épidémiologiques existantes ne mettent pas en évidence d’augmentation du risque cancérogène", indique l’Anses.

Elle cite l’analyse de l’Agence Européenne des produits chimiques (ECHA) qui liste les substances dangereuses présentes sur les terrains : les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), les métaux, les phtalates, les hydrocarbures organiques volatils (COV) et les hydrocarbures organiques semi-volatils (COSV), notamment. Mais les concentrations de ces matières sont considérées comme trop faibles dans les revêtements sportifs pour avoir un impact sur la santé.

Dans cette même veine, Hervé Domas, directeur général de l’éco-organisme Aliapur, en charge du recyclage des pneus, avait indiqué à L’Usine Nouvelle en mars 2018, qu’il n’était pas inquiet de la situation. Il précisait que 30 000 tonnes - soit 10 % de leurs pneus - sont utilisées pour le remplissage de gazons synthétiques. "Il s’agit donc d’une voie à laquelle nous pourrions facilement renoncer si nous avions le moindre doute sur son éventuel danger", avait-il justifié.

 

Des limites aux enquêtes

Cependant l’Agence sanitaire pointe du doigt les "limites méthodologiques" de ces enquêtes qui "ne prennent pas suffisamment en compte la variabilité de la composition des terrains synthétiques". Selon elle, il faudrait faire une analyse plus large des polluants contenus dans les granulats, notamment une analyse des composés volatils. Elle manque aussi de données concernant l’utilisation de ces granulats dans les aires de jeu, et dans les zones intérieures.

Robin des Bois, association agréée pour la protection de l’environnement et membre du Conseil d’Administration de l'Anses, a réagi au rapport. Elle précise qu’un terrain artificiel réglementaire de rugby ou de football contient entre 100 et 120 tonnes de granulats de pneus. Selon les sources disponibles, elle dénombre entre 3 000 et 6 000 terrains synthétiques en France. Elle ajoute : "Pour Robin des Bois, tous les sols sportifs ou ludiques contenant des broyats de pneus sont des sites pollués. Pour Robin des Bois, l’économie circulaire ne doit pas tolérer ou encourager l’injection de substances toxiques dans les biens de consommation, l’espace privé et l’espace public."

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle