Economie

Tereos veut augmenter de 20 % sa production de sucre en Europe d’ici à 2017

, ,

Publié le

Le groupe sucrier coopératif entend profiter de la suppression des quotas sucriers européens en 2017 pour augmenter sa production de sucre issu de betteraves. En attendant, les résultats du groupe ont enregistré une nette baisse en 2013.

Tereos veut augmenter de 20 % sa production de sucre en Europe d’ici à 2017 © D.R. - Tereos

La fin des quotas sucriers en Europe prévu pour 2017 semble donner des ailes à Tereos. Le premier sucrier français et numéro cinq mondial, connu pour sa marque de sucre Beghin Say, prévoit d’augmenter de 20 % sa production européenne de sucre issu de betterave à horizon 2017. "La fin des quotas va nous permettre de fixer nos volumes et choix de production librement", a déclaré le 19 juin, Alexis Duval, le président du directoire du groupe coopératif, lors de la présentation des résultats annuels.

"Cet accroissement de nos volumes se fera essentiellement par une augmentation de la durée de la campagne betteravière. Nous devrions gagner quinze jours pour atteindre 130 jours au total. Cela permettra d’écraser les frais industriels fixes", a précisé Yves Belegaud, le directeur général Europe de Tereos. Sur la campagne 2013, le groupe a transformé 17,5 millions de tonnes de betteraves, (+3,3 % par rapport à la campagne précédente), donnant 2,8 millions de tonnes de sucres, 21,9 millions de tonnes de canne à sucre (+5,9 %) et 4,2 millions de tonnes de céréales (+4 %).

Un marché européen plus volatil

"Le marché européen va devenir davantage volatil avec la fin des quotas. L’Europe va devenir la zone la plus déréglementée au monde dans le sucre", a souligné Alexis Duval. Pour lui, la compétition entre sucre issu de betteraves, de canne et de céréales sera renforcée. "En France, mais aussi en Allemagne, Belgique, Pays-Bas et sud de l’Angleterre, la situation semble plus favorable au sucre de betterave. En Europe de l’Est par contre, on devrait assister à un renforcement de la production d’isoglucose issu de céréales, comme le maïs", a-t-il ajouté. "Pour Tereos, c’est un atout de posséder un portefeuille complet d’activités dans le monde, aussi bien sur la betterave, la canne et les céréales", a poursuivi Alexis Duval.

Cours du sucre en baisse en 2013

Sur l’exercice 2013/2014 clos au 31 mars, le groupe Tereos a connu une activité en nette baisse. Le chiffre d’affaires s’est établi à 4,697 milliards d’euros sur l’exercice 2013/2014, clos au 31 mars, contre 4,920 milliards sur l’exercice pro-forma 2012/2013, à fin mars 2013. Le bénéfice net a, lui, reculé de 30 % sur la période, à 176 millions d'euros contre 246 millions d'euros en 2012/2013.

Une évolution, due selon le groupe "à la baisse des cours mondiaux du sucre de 15 % qui ont diminué les prix de vente". "L’exercice reste une bonne année après deux ans exceptionnels. Sur dix ans, notre chiffre d’affaires et notre Ebitda ont progressé de chacun de 11 % en moyenne", a souligné Alexis Duval.

Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte