Tereos prévoit de construire deux usines en Chine

Le groupe coopératif français veut profiter de la croissance du marché agroalimentaire en Chine et notamment de la demande d’amidon.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Tereos prévoit de construire deux usines en Chine

Comme L'Usine Nouvelle l'avait annoncé en janvier, Philippe Duval, président du directoire du groupe, a confirmé ce 1er octobre son intention de construire deux sites en Chine dans un entretien accordé aux Echos. Notamment, le groupe va s’implanter près de Canton avec une usine d’amidon de blé d’une capacité de 500 000 tonnes.

"Nous étudions un projet d'égale importance pour une seconde usine dans le nord du pays, où l'on produirait de l'isoglucose (sirop de maïs utilisé comme produit de substitution au sucre, ndlr) à destination de l'industrie des sodas et des glaces notamment", a précisé le patron du groupe.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon lui, la production d’amidon croît de 10 à 15% par an en Chine, quand elle recule en Europe dans une proportion de 2%.

Le groupe entend surfer sur les besoins énormes de l’agroalimentaire chinoise en isoglucose. "Nos débouchés sont sécurisés, mais il faut y aller maintenant car les coûts d’investissement augmentent très vite dans cette partie du monde".

Le patron du groupe est revenu sur la réforme de la politique agricole commune (PAC) de l'Union européenne. Il estime qu’"une chose est sûre: ce serait une grave erreur de supprimer la politique des quotas. Elle a permis aux planteurs de betteraves de réduire leur retard de compétitivité sur la canne à sucre. Avec la crise financière, l'absence de renouvellement des champs canniers, la sécheresse et la hausse des salaires dans les pays émergents, l'écart n'est plus que de 30%".

Tereos, dont le siège social est à Lille, rassemble 12.000 agriculteurs associés et 17.000 salariés permanents qui transforment la betterave, la canne et les céréales en sucre, amidon, alcool et bioéthanol. Le groupe s'est développé récemment au Brésil et en Afrique.

Philippe Duval a réalisé cet entretien alors qu’il passe ce 1er octobre la main à son fils Alexis âgé de 34 ans.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS