Tereos, le numéro 1 français du sucre, chercherait à sortir de Chine et Roumanie

A la veille de la publication de ses résultats annuels, le numéro un français du sucre Tereos serait sur le point de céder ses activités en Chine et en Roumanie. Des opérations qui illustrent la stratégie de la nouvelle direction du groupe pour alléger la dette.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Tereos, le numéro 1 français du sucre, chercherait à sortir de Chine et Roumanie
Tereos chercherait à se séparer de ses activités en Roumanie et en Chine.

Le producteur français de sucre Tereos cherche à céder ses activités en Chine et en Roumanie dans le cadre de la stratégie de la nouvelle direction visant à alléger la dette du groupe et augmenter sa rentabilité, d'après des sources proches des dossiers. Avant même d'en prendre la tête en décembre 2020, les nouveaux dirigeants du groupe sucrier avaient exprimé de vives inquiétudes quant aux pertes générées par certaines activités internationales qu’ils estimaient non stratégiques.

Pourparlers avec Wilmar

Tereos est en pourparlers avancés avec son partenaire singapourien Wilmar International afin de vendre sa participation de 49% dans leur coentreprise d'amidon en Chine, ont affirmé trois sources proches du dossier, dont une basée à Singapour. Si les deux groupes ont refusé de commenter, les discussions avec le géant de l'agroalimentaire seraient sur le point de se conclure, a indiqué une source, ajoutant que la vente se ferait à perte pour le sucrier français. La coentreprise avec Wilmar, lancée en 2012, exploite deux grandes amidonneries en Chine. Les discussions avec le géant de l'agroalimentaire avaient commencé avant même que la nouvelle direction de Tereos ne prenne le relais, avant de reprendre cette année, ont déclaré deux des trois sources proches du dossier.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le sort de la filiale roumaine en question

Tereos, qui compte 12 000 sociétaires, cherche également à mettre fin à ses activités déficitaires en Roumanie, a poursuivi l'une des trois sources, appuyée par une autre. Tereos avait racheté le producteur roumain de sucre de betterave Ludus en 2012. Depuis 2014, la filiale accuse des pertes chaque année. Une vente serait déjà à l’étude, ont déclaré deux sources proches du dossier.

Selon l’une d’elles, une société de conseil internationale mandatée par le groupe a entamé des démarches auprès d'acheteurs potentiels, mais la vente de l'activité en Roumanie pourrait s'avérer difficile en raison de ses résultats et du manque d'attractivité de la région en termes de rendements betteraviers. Si aucun repreneur n'était trouvé, Tereos serait sans doute amené à arrêter la production de sucre dans le pays, a ajouté une source proche de la direction.

Le deuxième producteur de sucre mondial en volume a fait état d'une dette de 2,7 milliards d'euros à la fin de l'année dernière, pour un chiffre d'affaires annuel d'environ 4,5 milliards d'euros. La nouvelle direction de Tereos doit dévoiler sa feuille de route stratégique mercredi 2 juin à l'occasion de la publication des résultats annuels du groupe, a indiqué une porte-parole.

Avec Reuters (Par Sybille de La Hamaide, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Agroalimentaire
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS