L'Usine Energie

Tepco se réorganise pour absorber les coûts liés à la catastrophe de Fukushima

Sylvain Arnulf , ,

Publié le

La compagnie nippone Tepco, aux abois après la catastrophe de Fukushima, vient de présenter un nouveau plan de réorganisation pour tenter d’assurer sa survie.

Tepco se réorganise pour absorber les coûts liés à la catastrophe de Fukushima © Tepco

Au désastre humain et environnemental de la catastrophe de Fukushima s’ajoute un désastre financier. L’exploitant de la centrale Tokyo Electric Power (Tepco), critiqué pour sa gestion de sa catastrophe, a du mal à faire face aux coûts exorbitants engendrés par la quasi-destruction de la centrale. D’autant plus que les autres réacteurs exploités par Tepco sont à l’arrêt, en maintenance, tout comme l’ensemble des centrales nucléaires nippones.

redémarrage de quatre réacteurs

Pour ne pas sombrer financièrement et continuer à faire face à ses obligations, Tepco vient de présenter un plan de réorganisation à ses autorités de tutelle. Il prévoit un redémarrage partiel de la production d’électricité dans la centrale Kashiwazaki-Kariwa, située sur la côte ouest du pays. Deux tranches seraient redémarrées en juillet 2014, puis deux autres un an plus tard. Ce qui donnerait un peu plus de marges de manœuvre à la compagnie en facheuse posture.

une filiale dédiée au démantèlement

Parallèlement, comme annoncé le 18 décembre, une filiale dédiée au démantèlement de la centrale de Fukushima serait créée à proximité des réacteurs 5 et 6, relativement épargnés lors de la catastrophe. Par ailleurs, l’Etat se substituera à la compagnie afin d’acheter des terrains de la zone interdite pour y entreposer des déchets souillés.

Tepco devrait également bénéficier d’un prêt de 3,5 milliards d’euros contracté auprès d’une dizaine de banques et mettra en place un plan de départs anticipés.

Le plan de réorganisation présenté par Tepco sera transmis au ministère de l'Industrie le 27 décembre. Le gouvernement devrait le valider au mois de janvier. Le coût total du démantèlement de la centrale, du nettoyage de la région contaminée et du dédommagement des victimes est encore inconnu. Le gouvernement japonais s'est engagé à être "en première ligne" pour "venir à bout" de la catastrophe.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte