Tensions chez Mia Electric

Le producteur de voitures électriques Mia Electric, issu du groupe Heuliez, est assigné en justice par des salariés pour des retards dans le paiement des salaires.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Tensions chez Mia Electric
Mia Electric

Une quarantaine de salariés de Mia Electric sur deux cent ont assigné le 16 décembre leur entreprise en référé devant le conseil des prud’hommes pour réclamer le paiement de salaires en retard. L’audience, qui est fixée au 10 janvier 2014, sera probablement sans objet, puisque les salaires litigieux ont été payés le 18 décembre au matin "dans leur totalité", selon la direction de l’entreprise de Cerizay (Deux-Sèvres).

Celle-ci dément par ailleurs les informations qui circulent affirmant que la production des véhicules électriques serait interrompue faute de fournitures, les fournisseurs n’étant plus payés. "Il y a des tensions avec les fournisseurs, concède un porte-parole de Mia Electric, ce qui est normal, car Michelle Boos, qui a repris l’entreprise cet été, a entamé des négociations serrées avec eux pour réduire les coûts."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Augmentation des ventes pour la Mia Electric

Cette politique de réduction des coûts, qui a déjà amené une baisse du prix de vente des voitures de 30 à 40 %, faisant de la Mia le véhicule électrique le moins cher du marché dans sa catégorie, a déjà commencé à porter ses fruits. En 2013, 1 250 voitures devraient être vendues, contre 800 en 2012, et l’objectif pour 2014 est de commercialiser 3 000 Mia Electric.

Le production des voitures électriques a par ailleurs été perturbée cet automne à la suite de la déconfiture de Heuliez SAS, qui partage avec Mia le site de l’ancien groupe Heuliez et produisait les châssis des véhicules.

Après la liquidation d’Heuliez fin octobre 2013, les 287 salariés de l’entreprise ont été licenciés et les avoirs ont été repris par la Fabrique régionale du Bocage (FRB), société d’économie mixte créée à l’initiative de la région Poitou-Charentes. La SEM a repris 15 salariés d’Heuliez pour assurer la maintenance du site dans l’attente d’une hypothétique reprise par un groupe espagnol. FRB a par ailleurs créé une filiale, Cartol, qui emploie 25 salariés à la poursuite des contrats que détenait Heuliez, dont une partie avec Mia Electric. Aujourd’hui, les châssis des voitures Mia Electric sont fabriqués dans les locaux loués à FRB par une quarantaine de salariés de Mia.

Jean Roquecave

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

  • Recherche le contact d'un décideur ou d'une entreprise industrielle

    MIA ELECTRIC
ARTICLES LES PLUS LUS