Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Tendance baissière généralisée à Wall Street et en Europe

Publié le

par Wilfrid Exbrayat

Tendance baissière généralisée à Wall Street et en Europe
Les Bourses européennes restent dans le rouge jeudi à mi-séance. À Paris, le CAC 40 cède 0,08% vers 12h35 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,19% et à Londres, le FTSE fléchit de 0,53%. /Photo d'archives/REUTERS/Neil Hall
© NEIL HALL

Les entreprises citées

PARIS (Reuters) - Wall Street est attendue en baisse jeudi à mi-séance, tandis que les Bourses européennes restent elles aussi dans le rouge, l'optimisme suscité par l'évolution des discussions commerciales sino-américaines et par le sommet de Hanoï entre Pyongyang et Washington étant quelque retombé.

Les futures sur indices new-yorkais signalent une ouverture de Wall Street en baisse, de l'ordre de 0,1% à 0,4%, dans le sillage du repli observé mercredi. La tendance pourrait néanmoins réagir à la publication, à 13h30 GMT, de la première estimation de la croissance des Etats-Unis du quatrième trimestre 2018, un important indicateur dont la publication a été repoussée en raison de la fermeture partielle ("shutdown") d'une partie des administrations fédérales.

À Paris, le CAC 40 cède 0,08% à 5.221,12 vers 12h35 GMT. À Francfort, le Dax abandonne 0,19% et à Londres, le FTSE fléchit de 0,53%.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 perd 0,28%, l'EuroStoxx 50 de la zone euro prend 0,03% et le Stoxx 600 lâche 0,33%.

Les Etats-Unis et la Chine sont encore loin d'un accord qui mettra fin au conflit commercial "le plus grave" que Washington ait eu à affronter, a déclaré mercredi le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, soulignant la nécessité de voir la Chine opérer des changements en profondeur.

Le sommet de Hanoï entre les Etats-Unis et la Corée du Nord s'est par ailleurs conclu sans accord car le numéro un nord-coréen, Kim Jong Un, a réclamé une levée totale et immédiate des sanctions internationales visant son pays du fait de ses activités nucléaires et balistiques, a dit le président américain Donald Trump.

VALEURS EN EUROPE

L'action Engie signe toujours la plus forte baisse du CAC 40 (-3,13%), le fournisseur de gaz et de l'électricité ayant annoncé un nouveau plan à l'occasion de la publication de ses résultats annuels.

A l'inverse, la plus forte progression de l'indice phare de la Bourse parisienne revient à Vivendi (+4,84%). Selon plusieurs sources, le groupe américain spécialisé dans les rachats d'entreprise KKR et le chinois Tencent Music Entertainment étudient des offres rivales sur jusqu'à 50% du capital d'Universal Music Group, dont Vivendi entend céder une partie.

Egalement en hausse, Carrefour prend 2,62%, le distributeur ayant redressé la barre en 2018 et affiché sa confiance dans son plan stratégique en relevant certains de ses objectifs.

Les deux plus fortes hausses du Stoxx 600 reviennent à Zalando (+22,23%) et à Altran (+14,02%) à l'issue de leur publication annuelle bien accueillies.

Sunrise recule de 10,75% après avoir annoncé le rachat de la filiale helvétique de Liberty Global pour un montant total de 6,3 milliards de francs (5,5 milliards d'euros), dettes incluses. C'est pour l'heure la plus forte perte du Stoxx 600.

TAUX

Le rendement de l'emprunt de référence américain à 10 ans fléchit, profitant du tassement subi par les places boursières avec des investisseurs redevenus plus prudents vis-à-vis des placements risqués et qui sont par ailleurs dans l'expectative avant la parution de la croissance américaine du quatrième trimestre, attendue en retrait de celle du trimestre précédent.

La croissance est projetée au taux de 2,3% annualisés, selon une enquête de Reuters, après 3,4% le trimestre précédent, un tassement attribuable à un coup de mou des exportations et des dépenses des ménages.

Son rendement recule à 2,668%, après avoir frôlé 2,7% la veille.

Le rendement du Bund à 10 ans ne suit pas la tendance et évolue en légère hausse, au-dessus de 0,16%, avant la publication à 13h00 GMT de la première estimation d'inflation en Allemagne pour le mois de février.

CHANGES

Le dollar recule après avoir grimpé la veille face à un panier de devises, profitant de son statut de valeur refuge dans un contexte marqué par des craintes géopolitiques entre l'Inde et le Pakistan et les doutes sur le commerce sino-américain.

L'"indice du dollar" cède 0,32% à 95,846.

L'euro en profite pour gagner 0,35% face au billet vert, à 1,1409, à un plus haut de trois semaines.

La livre sterling se stabilise pour sa part autour de 1,33 dollar, après un pic la veille de plus de sept mois à 1,3349 dans la perspective d'un report du Brexit.

Goldman Sachs a relevé jeudi de 50% à 55% la probabilité d'une extension de l'article 50, qui permettrait de reporter la date de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, et a réduit de 15% à 10% la probabilité d'un Brexit sans accord.

PÉTROLE

Les cours sont en baisse, pénalisés par des indicateurs chinois et japonais inférieurs aux attentes, par la persistance d'incertitudes commerciales et par l'annonce mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA) d'une production américaine record de 12,1 millions de bpj la semaine dernière.

Le contrat avril sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) recule à 56,70 dollars. Le Brent évolue sous les 66 dollars le baril.

(Édité par Blandine Hénault)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle