Tempête Xynthia : l'électricité reviendra mercredi

Un million de foyers ont été plongés dans le noir dimanche matin, après le passage de la tempête Xynthia, qui a fait 50 morts et 9 disparus. ERDF s’active pour rétablir le courant, tandis que les collectivités locales pointent le sous-investissement et la nécessité d’enfouir les lignes électriques.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Tempête Xynthia : l'électricité reviendra mercredi

Près d'un million de personnes ont été victimes de coupures d'électricité dimanche matin après le passage de la tempête Xynthia, qui a fait 50 morts et 9 disparus, selon un bilan toujours provisoire. En déplacement en Vendée, département endeuillé par la mort de 33 personnes, le chef de l'Etat, Nicolas Sarkozy, a annoncé le déblocage d’une enveloppe de trois millions d’euros, destinée aux victimes de la tempête, et signera demain mardi l'arrêté de catastrophe naturelle. Les problèmes de coupure d'électricité seront résolus mardi, a même promis le président de la République. Plus prudent, ERDF table sur un retour à la normale mercredi soir pour 80% de foyers, mais avertit qu'il pourrait être « plus long que prévu » dans les régions de l'ouest de la France « où le travail des techniciens est rendu difficile par les fortes crues ». Dans ces zones, des changements de compteurs sont nécessaires dans les maisons individuelles touchées, ce qui induit des délais supplémentaires. Le gestionnaire du réseau de distribution précise que « 5.000 hommes d'ERDF et des entreprises partenaires sont à pied d'œuvre sur le terrain. Ces équipes seront renforcées dans les prochaines heures par des salariés d'ENBW et d'EDF Energy ».

Côté haute tension, les dégâts sont moins nombreux. « A 11 heures ce matin, le réseau à haute et très haute tension de RTE était relativement peu affecté par la tempête en cours qui traverse la France », indique RTE dans un communiqué le 28 février. « Sur les 10 postes de transformation qui étaient privés d’alimentation plus tôt dans la matinée, 5 ont déjà pu être réalimentés. (…) RTE est en liaison continue avec ses clients, dont plus particulièrement ERDF, pour l’informer de la reprise de l’alimentation en électricité par le réseau à haute et très haute tension. Le réseau à moyenne et basse tension a en effet été à ce stade plus touché par la tempête. RTE met à disposition d’ERDF tous les appuis nécessaires pour aider à rétablir l’alimentation ».

La Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR) se félicite dans un communiqué « qu'ERDF communique de manière régulière aux autorités concédantes des informations sur sa gestion de la crise ». Elle rassemble les collectivités locales propriétaires des réseaux de distribution : les autorités organisatrices de la distribution (AOD) d'électricité et de gaz (voir schéma plus bas). Son site Energie 2007 tient un décompte actualisé des foyers sans courant électrique, et estime le cumul des coupures au plus fort des dégâts à au moins 1,3 million de foyers privés d'électricité. Vers 8 heures, ce lundi 1er mars, il y avait encore 400.000 abonnés coupés. A 14 heures, quelque 170.000 foyers étaient encore privés d'alimentation électrique. Selon ERDF, il resterait « moins de 100.000 foyers sans électricité », ce soir.

11 milliards d’euros de sous-investissement

Les collectivités pointent le manque d’investissements concédés par la filiale d'EDF pour moderniser les réseaux, et déplorent la répétition des enchaînements d'événements. « L'an dernier, à la même période, la France subissait les tempêtes Klaus (1,7 million de foyers sans courant) et Quinten (900.000 foyers). Ces intempéries, certes violentes, ne sont donc pas exceptionnelles. Elles montrent à nouveau combienle manque d’investissements dans les réseaux de distribution d’électricité est préjudiciable à la sécurité d’approvisionnement ». La FNCCR chiffre dans son communiqué la chute des investissements d’EDF puis ERDF dans les années 2000, « de l’ordre d’un milliard d’euros par an ». Soit 11 milliards d’euros en tout. La fédération réitère son plaidoyer pour un enfouissement des lignes. «Aujourd’hui, ERDF enfouit les réseaux de distribution existant à hauteur de 1% par an. Il faut aller plus loin ».

8 milliards d’euros sur 8 ans. Dès lors, la fédération demande un « plan d'investissement de 8 milliards d'euros en 8 ans » pour sécuriser le réseau électrique français contre les risques de tempêtes. Une préconisation qu'elle avait déjà faite en novembre dernier, dans un rapport publié à l'occasion de son 34e congrès. Ces investissements permettraient d'enfouir 57,2 % du réseau moyenne tension (contre 36,3 % aujourd'hui), d’éradiquer les 108 000 km de fils nus (les plus fragiles) du réseau basse tension, ainsi que « l’enfouissement ou le déplacement des lignes aériennes HTA situées en zone boisée ». Surtout, elle demande que la voix des collectivités locales, propriétaires des réseaux, soit entendue lors du processus : « ces investissements devront être déclinés à l’échelle de chaque concession avec l’autorité concédante concernée qui devra les valider pour son territoire ».

Reste à savoir comment ERDF et RTE pourront financer ces 8 milliards d’euros. Là aussi, la FNCCR semble identifier des solutions relativement simples. Elle préconise de le financer « par le Turpe (tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité) », les « provisions pour renouvellement constituées par ERDF », les « taxes sur l’électricité », « auxquels pourraient s’ajouter des efforts supplémentaires d’ERDF et des collectivités ».

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

RTE et ERDF, gestionnaires du réseau électrique français

Suite à l'ouverture du marché de l'énergie, la tâche de la gestion du réseau électrique est désormais entre les mains de deux filiales d'EDF : RTE (Réseau de transport électrique) et ERDF (Electricité réseau distribution France). Deux acteurs, bénéficiant d'une autonomie de gestion et en charge d'un marché potentiel de plusieurs dizaines de milliards d'euros.

RTE, le transporteur. RTE possède et exploite le réseau haute tension et très haute tension (HT), jusqu'aux postes sources, qui sont les très gros postes de transformation HT/MT à partir desquels commence le réseau moyenne tension (MT). Les réseaux moyenne tension, les transformateurs MT/BT, les réseaux BT, les branchements et les compteurs constituent le réseau public de distribution. Il appartient aux communes, souvent regroupées en syndicats d'électrification ou d'énergie pour exercer leur compétence d'autorité organisatrice de la distribution de l'énergie électrique. Dans 95% des cas, ces autorités ont concédé à ERDF l'exploitation du réseau de distribution, mais elles réalisent en général elles-mêmes les extensions et les renforcements en zones rurales. ERDF est alors notamment en charge de l'entretien, de la maintenance et du renouvellement des lignes, et souvent aussi des extensions dans les communes urbaines.

La vocation de RTE est d'assurer la continuité et la qualité du service public de transport d'électricité, et de permettre un accès équitable à tous les utilisateurs du réseau. À ce titre, il doit assurer l'ajustement, à tout moment, de la production à la consommation, la sûreté de fonctionnement du système électrique, et l'entretien et le développement du réseau public de transport d'électricité.

ERDF, le distributeur. Électricité Réseau Distribution France, société anonyme filiale à 100% du groupe EDF, née le 1er janvier 2008 est le gestionnaire des réseaux de distribution d'électricité du groupe EDF. Avec 37.000 salariés pour assurer l'exploitation, le développement et l'entretien de 1.256.000 km de lignes électriques (95% des réseaux de distribution d'électricité en France métropolitaine) et servir 32 millions de clients, elle constitue l'un des plus importants distributeurs d'électricité d'Europe (voir graphique ci-dessus).

%%HORSTEXTE:%%
0 Commentaire

Tempête Xynthia : l'électricité reviendra mercredi

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

NEWSLETTER Energie et Matières premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS