Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"Télécoms sans frontières, c’était évident"

, , , ,

Publié le

Sylvain Isambert 38 ans, ingénieur réseaux par satellites chez Airbus Defence and Space

« Passionnant, mais physiquement très dur ! » Sylvain Isambert, ingénieur en réseaux satellites chez Airbus Defence and Space, est parti en novembre 2013 aux Philippines avec l’association Télécoms sans frontières (TSF), spécialisée dans les télécommunications d’urgence. Il a pris quinze jours de congés pour installer des antennes satellites et monter des opérations « appels gratuits » pour les populations frappées par un typhon. « Les gens là-bas ont l’habitude, la situation n’était pas totalement dramatique. C’était plus facile à gérer pour moi que s’il y avait eu des milliers de morts. » Sur le terrain, l’équipe de TSF est composée de sept personnes : cinq permanents, « des débrouillards qui savent tout faire », et deux volontaires, Sylvain Isambert et un ancien militaire. L’ingénieur découvre le milieu de l’urgence des ONG, loge sous une tente militaire de l’ONU qui s’écroule sous les trombes d’eau… Tout ce qu’il cherchait, puisque c’est le « goût de l’aventure » qui a amené ce diplômé de l’Esiee à être pompier volontaire pendant sept ans, puis à partir en mission humanitaire. Sur les conseils d’un collègue, il découvre TSF et propose ses services à l’association installée à Pau. « Chez Airbus, je conçois des réseaux par satellites pour des clients situés surtout en Afrique, des ONG qui ont besoin de liaisons satellites. Techniquement, je pouvais vraiment apporter quelque chose à TSF. » Le plus compliqué pour lui est de se rendre disponible dans l’urgence. « Après une catastrophe, TSF est sur le terrain en 24 heures. Pas évident quand on a un boulot à rendre. Avant mon départ aux Philippines en 2013, c’était une période d’activité normale pour moi. Mon patron était fier de ma décision, il a accepté que je parte du jour au lendemain. » En ce moment, TSF sait que l’ingénieur ne sera pas disponible avant mars. Sylvain piaffe. Il aimerait pouvoir partir au moins une fois par an.

Réagir à cet article

Usine Nouvelle N°3401HSING

Vous lisez un article de l’usine nouvelle N°3401HSING

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2014 de L’Usine Nouvelle

Dans la même rubrique

Guide de l'ingénieur Cela demande du sang-froid et de la patience. Car succès médiatique ne signifie pas mécaniquement[…]

|

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle