Télécoms : échec de la fusion KPN/ Belgacom

Partager

Les opérateurs de télécommunications Belgacom et KPN ont annoncé l'abandon des négociations pour une fusion de leurs activités. Le Pdg de l'opérateur néerlandais KPN, Paul Smits, a indiqué que des questions de contrôle au sein d'un groupe fusionné, et des synergies insuffisantes, étaient à l'origine de l'échec des discussions avec Belgacom pour une fusion. "Nous étions prêts à accepter une valorisation de moins de 50% avec un Pdg belge et un siège social à Bruxelles, mais le fait que le Pdg de Belgacom veuille une voix prépondérante nous paraissait placer le pouvoir trop d'un seul côté", a indiqué le Pdg de KPN lors d'une conférence de presse téléphonique Sur la question des synergies, selon KPN, le problème découlait de la participation de 25% de l'opérateur britannique Vodafone dans la division téléphonie mobile de Belgacom, Proximus. Vodafone est un concurrent direct de KPN sur les marchés néerlandais et allemand, et cette situation aurait entraîné de la part des autorités européennes une demande de désinvestissements qui aurait limité les synergies. L'opérateur belge a réalisé un chiffre d'affaires de 5,1 millards d'euros en 2000, et KPN 13,51 milliards d'euros. Mais l'opérateur néerlandais est confronté à un endettement colossal qui se montait à 23,2 milliards d'euros fin mars 2001.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS