Tout le dossier Tout le dossier

TEEPTRAK se tourne avec Pacetrak vers l’optimisation des tâches manuelles

TEEPTRAK déploie des solutions simples et rapides à mettre en œuvre afin que tous les industriels, de la TPE/PME aux grands groupes, puissent profiter de solutions de suivi de la performance. La startup a lancé Pacetrak une nouvelle solution de suivi des tâches manuelles. Explications avec François Coulloudon, CEO de TEEPTRAK.

 

Partager
TEEPTRAK se tourne avec Pacetrak vers l’optimisation des tâches manuelles

À qui est destinée Pacetrak ?

François Coulloudon : Pacetrak est une solution de suivi de la performance des tâches manuelles qui donne aux équipes terrain les moyens d’identifier facilement les opportunités d’amélioration au quotidien. Cette solution est particulièrement adaptée à la fabrication de petites séries ou de pièces complexes pour lesquelles il n’est pas possible d’utiliser des machines automatisées.

Prenons par exemple la fabrication de longerons dans l’aéronautique, pour lesquels il faut réaliser manuellement un enchevêtrement de tissus de carbone et dont la réalisation prend en moyenne une douzaine d’heures. Les aléas quotidiens, tels les problèmes d’outillage ou bien les défauts de matière première, viennent directement impacter les délais de livraison et les coûts.

C’est pour réduire ces temps d’arrêts de production que nous avons mis au point Pacetrak. Nous faisons ainsi sauter un « petit tabou » dans la mesure où la solution touche aux performances des tâches manuelles. Mais sur le terrain Pacetrak n’est pas vu comme un moyen de pression, mais comme un outil d’aide permettant aux opérateurs d’identifier des opportunités d’amélioration.

Comment fonctionne cette solution ?

François Coulloudon : Dans la plupart des cas, une tâche manuelle est décrite par un standard pour laquelle un temps d’exécution est défini. Cette information permet de mesurer la performance et de planifier la production. Pacetrak a vocation à mesurer les écarts par rapport à ce standard et à confirmer la cohérence entre le théorique et le réel.

Reprenons l’exemple du longeron, avec Pacetrak l’opérateur validera au fur et à mesure les 25 étapes nécessaires à la fabrication de cette pièce. S’il y a un dépassement de temps, il peut alors signaler un certain nombre de causes de retard via un listing préprogrammé. De cette manière, il sera capable d’expliquer les raisons de cet écart par rapport au standard.

Toutes ces données seront consolidées et il sera alors possible d’identifier les écarts constatés afin d’engager les bonnes actions d’amélioration. Par ailleurs, grâce à Monitrak les problèmes auxquels sont confrontés les opérateurs peuvent être affichés sur des écrans afin que chacun puisse constater ses progrès et aider ses coéquipiers en cas de retard. Pacetrak met ainsi l’usine au service de l’opérateur et crée une meilleure relation entre les équipes.

Quelle est la complémentarité de Pacetrak avec les autres solutions ?

François Coulloudon : Si nous regardons les flux de production, il y a des tâches faites par les machines et d’autres par les hommes. Pacetrak vient en complément de Perftrak dédiée à la performance machine, de Qualtrak qui mesure la qualité mais aussi de Processtrak qui intègre la mesure des valeurs

physiques de l’usine.

Pacetrak améliore la prédictibilité et permet d’établir un planning plus précis. Il peut arriver que nous sous-estimions le prix coûtant des pièces car nous sous-estimons structurellement le temps que cela prend pour les fabriquer manuellement.

Notre solution permet de déterminer de manière précise et fi able ce coût et donc d’améliorer la performance. Avec elle, nous identifions mieux les irritants et nous améliorons la maîtrise des délais. L’obtention de données pratiques précises nous permet de définir un plan d’action optimal.

info@teeptrak.com

www.teeptrak.com

Sujets associés