Quotidien des Usines

Tecsom se rapproche du chinois Kaili

, , , ,

Publié le

Spécialiste des tapis de sols, Tecsom, créé en juin 2010 sur les cendres d'Enia, espère rééquilibrer sa trésorerie grâce à un partenariat avec le Chinois Kaili Corporation qui, à moyen terme, devrait entrer dans le capital de la PME de Glaire (Ardennes) et peut-être même la racheter.

Tecsom se rapproche du chinois Kaili © Tecsom

En procédure de sauvegarde depuis le 4 janvier et appelée à revenir à la barre du tribunal de Commerce de Sedan (Ardennes) en janvier 2014, la SAS Tecsom implantée à Glaire essaie, sous la houlette de son PDG Benoît Linglet, de trouver les solutions pour refaire surface et assurer  sa pérennité.

A l'occasion de relations nouées entre Benoît Huré, président UMP du conseil général des Ardennes, et la Bank of China, Tecsom, seul fabricant français de dalles de moquettes à destination du bâtiment, et Kaili, numéro trois chinois de la moquette, vont signer un accord de partenariat commercial. Ce partenariat devrait se traduire d'ici à l'automne par une prise de participation chinoise dans le capital de Tecsom, voire même un rachat de la PME.

Xisheng Jiang, PDG fondateur de Kaili Corporation (1 200 salariés, 120 millions d'euros de chiffre d'affaires), et son collègue de Tecsom (120 employés, 20 millions d'euros de chiffre d'affaires) ont officialisé la première étape d'un rapprochement qui doit profiter aux deux sociétés car leurs produits n’entrent pas en concurrence.

Par ce biais, Tecsom, créé en juin 2010 sur les cendres d'Enia, accédera à un marché asiatique en forte croissance alors que Kaili se met en perspective de faire de même en Europe via la France en devenant une entreprise qui pèse au niveau mondial.

Une bouffée d'oxygène

"Cette collaboration technologique, initiée il y a deux mois, nous ouvre un marché réputé complexe, souligne Christophe Béranger, chargé depuis juin 2012 du plan de redéploiement de Tecsom. C'est une réelle opportunité de développement. La Chine représente un très fort potentiel, ce qui va améliorer nos exportations. Dans notre situation, ça peut être une sacrée bouffée d'oxygène car pour faire face à nos difficultés (plus de 4 millions d'euros de passif, NDLR), on doit absolument améliorer notre carnet de commandes afin de combler la perte mensuelle actuelle de 100 000 euros."

Dans l'affaire, Kaili est pour sa part, appelé à devenir le leader chinois de la moquette. Tout est ouvert, car les industriels de l'empire du Milieu disposent d'un important stock de devises en euros et dollars qu'ils pourraient recycler dans l'outil de production de Glaire. Ce qui n'est pas sans rappeler ce qui s'est passé à Saint-Dizier (Haute-Marne) lors de la reprise de Mac Cormick par le groupe Yto.

Chantier de restructuration

Tecsom a entrepris un gros chantier de restructuration en réduisant sa masse salariale de 25 % suite à un plan de sauvegarde de l'emploi. 24 postes ont été supprimés. En révisant ses modes de distribution, en vendant son patrimoine immobilier au syndicat Synergie Ardennes pour 4,7 millions d'euros tout en bénéficiant de 6 millions d'euros d'aides des collectivités locales, Tecsom veut prouver définitivement qu'il n'est pas au tapis !

Pour cela, il lui faut atteindre un chiffre d'affaire de 23 millions d'euros, qui a par ailleurs augmenté de 18 % en un an, pour redevenir bénéficiaire. Ce qui passera aussi par une avancée sur les marchés russe et australien.

Pascal Remy

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte