L'Usine Energie

Technip : 6000 suppressions d'emplois mais pas de fermeture d'usine en France

, , ,

Publié le

Technip n'aura pas mieux résisté à la crise que les autres parapétroliers. 6 000 emplois seront supprimés dans le monde et la France ne sera pas épargnée. En revanche, aucun site hexagonal ne devrait être fermé.

Schlumberger, Vallourec, CGG... Tous  les grands parapétroliers ont lancé de vastes plans d'économies. Raison principale : encaisser la baisse des investissements des pétroliers mondiaux pour s'ajuster aux courts très bas du pétrole.

Le parapétrolier Techhnip n'a pas échappé à la règle. Le groupe français vient d'annoncer un vaste plan d’économies de 830 millions d'euros dont 700 millions dès 2016 et 130 millions en 2017. Par ailleurs, le groupe passe une charge exceptionnelle de 650 millions d'euros

Mais surtout, Technip va supprimer environ 6 000 emplois sur ses 38 000 salariés dans le monde, soit près de 16 % de ses effectifs. Technip refuse pour l'heure de préciser ces réductions d’effectifs pays par pays. Mais dans un communiqué, la société précise qu'il diminuera sa présence dans les activités à terre et en mer dans "certains pays en Europe, en Asie et en Amérique latine comme le Brésil". Cela se fera "notamment via des ventes ou des fermetures".

L'usine du Trait pas menacée

Selon nos informations, aucune fermeture d'usines ne devrait avoir lieu en France. L'usine du Trait (Seine-Maritime), vaisseau amiral pour la production de conduites flexibles, serait en particulier préservée. L'entreprise française a investi près de 68 millions d'euros dans cet outil industriel en 2014. En France, Technip emploie 6000 salariés.

Pour le PDG de Technip, il a fallu s'adapter à des nouveaux obstacles comme "l'enlisement de nouveaux projets" et "des comportements irrationnels lors des appels d’offres". Pour lui, ce plan de réduction d'emplois et d'économies n'est qu'une des trois actions que mène le groupe pour passer ce cycle bas. La deuxième est "une optimisation de la chaîne d'approvisionnement et du travail avec les fournisseurs". La troisième "un travail d'optimisation du design en amont avec le clients pour limiter les coûts des grands projets des pétroliers".

Le PDG envoie pourtant un message de confiance aux marchés. "Il y a des opportunités et je suis confiant dans l'avenir. Les clients vont continuer à développer leurs ressources (...)Technip ne s’assoit pas en attendant que les prix du pétrole repartent à la hausse, mais prend des mesures pro-actives". L'avenir nous le dira.  

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte