Technicolor reprend les filiales de Quinta Industries

La justice a finalement fait son choix entre les différents repreneurs potentiels pour le numéro un de la filière technique du cinéma français. Une reprise qui ne comprend pas le laboratoire LTC.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Technicolor reprend les filiales de Quinta Industries

Depuis sa mise en liquidation judiciaire en décembre, le groupe Quinta attendait un repreneur. Et c’est finalement l’ex-groupe Thomson, déjà actionnaire minoritaire de l’entreprise qui a remporté la mise. Le groupe est pourtant actuellement en difficultés et a lancé un avertissement sur ses résultats 2011 après des performances moins bonnes que prévu pour sa branche de distribution numérique.

Les trois filiales reprises (ADJ (Auditorium de Joinville), ScanLab (conversion numérique) et SIS (Société industrielle de sonorisation)) seront intégrées à l'activité divertissement du groupe français de technologie. Technicolor va par ailleurs installer six nouveaux studios de doublage à Saint Cloud.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le groupe prévoit par ailleurs de reprendre 32 salariés, soit 70% des effectifs initiaux. "Cette opération s'inscrit dans le cadre d'une stratégie globale de développement de l'activité numérique" du groupe, souligne le président de TESF (filiale divertissement de Technicolor), Michel Vaquin.

"L'activité stocks de films de patrimoine, qui représente quelque 20.000 bobines de films conservées jusqu'ici par le laboratoire LTC (115 salariés), pourrait être reprise par Capital Vision", souligne le groupe. Avant cette annonce, le groupe Quinta Industries appartenait pour 17% à Technicolor et à 83% par la financier franco-tunisien Tarak Ben Ammar.

Annoncée en décembre, la mise en liquidation de Quinta Industries avait mis en ébullition la filière post-production du cinéma français, en menaçant la sortie prévue en 2012 d'une soixantaine de films, dont des blockbusters très attendus comme le troisième épisode de la "Vérité si je mens" et le quatrième d'"Astérix".

Mais l'ensemble des productions en cours de traitement, ou détenues par le groupe, est désormais "techniquement sécurisé", a assuré la Fédération des industries techniques du cinéma (Ficam).

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS