Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Technicolor Angers bientôt liquidée, Eolane maintient son projet

, , ,

Publié le

L'administratrice judiciaire demandera jeudi la liquidation judiciaire de cette usine d'Angers (Maine-et-Loire) qui emploie 350 salariés. Le groupe Eolane maintient son projet d'installer ensuite une activité avec quelques dizaines de salariés.

Technicolor Angers bientôt liquidée, Eolane maintient son projet © hjl - Flickr - C.C.

L'administratrice judiciaire Carole Martinez demandera jeudi 11 octobre la liquidation de Thomson Angers (350 emplois), filiale de Technicolor, devant le tribunal de commerce de Nanterre (Hauts-de-Seine). L'annonce a été faite hier lors d'un comité d'entreprise exceptionnel.

Dans un communiqué, le groupe électronique Eolane exprime "sa profonde déception à l’Administrateur judiciaire de ne pouvoir présenter d’offre de reprise pour le compte d’Eolane dans le cadre de la procédure de redressement judiciaire."

Pour autant, le groupe maintient un projet sur le site à l'issue de la liquidation. "On va chercher une solution plus modeste, nous comptions sur un plan de charge, notamment avec France télécom, mais cela n'a pu se concrétiser, explique Paul Raguin, le président d'Eolane, joint par téléphone. Nous maintenons donc un projet de démarrage avec nos propres ressources sur des bases plus modestes avec quelques dizaines de personnes puis une centaine et au-delà. L'idée est d'étendre nos capacités à Angers où notre site (ex-Continental) est complet, on parle de projets dans le photovoltaïque à concentration mais aussi d'autres choses. L'Anjou est le cœur du groupe avec 700 salariés. Nous voulons y consolider une base solide."

Paul Raguin table sur un projet en lien avec l'agglomération d'Angers (Maine-et-Loire) pour le portage immobilier. La collectivité devrait en effet faire jouer son droit de préemption sur ce domaine de 14 hectares. Eolane ne reprendrait évidemment pas l'ensemble, en assez mauvais état. "Mais il y a un potentiel pour démarrer une activité, on espère commencer avant la fin de l'année", mentionne le dirigeant du groupe qui atteindra 400 millions d'euros de chiffre d'affaires cette année.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle