Taxer le kérosène de 33 centimes par litre diminuerait de 10% les émissions de CO2 du secteur aérien

Alors que le carburant des avions n'est pas taxé en France, une analyse commandée par la direction générale des transports de la Commission Européenne étudie les conséquences d'un prélèvement à hauteur de 33 centimes par litre de kérosène. 

Partager

Taxer le kérosène de 33 centimes par litre diminuerait de 10% les émissions de CO2 du secteur aérien
La taxe augmenterait les prix des billets d'avion et par conséquent, diminuerait le nombre de voyageurs.

Emissions de CO2, nuisances sonore, recettes fiscales... Une taxe de 33 centimes par litre de kérosène aurait de fortes conséquences. Alors qu’elle devait être rendue en mai 2018, Le Monde s’est procuré "une étude de 66 pages qui dresse un inventaire des politiques fiscales vis-à-vis du secteur aérien au sein de l’Union européenne". Selon le média, elle a été commandée en avril 2017 par la direction générale des transports de la Commission européenne.

"L’étude recommande d’introduire un prélèvement à hauteur de 33 centimes d’euros par litre de carburant, qui aurait pour effet de réduire de 10 % les émissions de dioxyde de carbone (CO2)", détaille le média. Le raisonnement est simple : la hausse du prix du kérosène engendrerait une hausse des prix des billets et donc une baisse de la demande. En plus de la baisse des émissions, cette taxe engendrerait aussi une baisse des nuisances sonores de 10 %.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

3 % des émissions mondiales de CO2

Pour Le Monde, "cette taxe permettrait de réduire de 9 % les émissions de gaz à effet de serre du transport aérien. Soit l’équivalent du retrait de 850 000 véhicules sur les routes françaises". La taxation rapporterait 3,5 milliards d’euros de recettes fiscale, par an en France. Elle n’aurait pas d’impact négatif sur l’emploi dans le secteur aéronautique.

Selon Réseau Action Climat (RAC) qui rassemble différentes associations environnementales, le transport aérien représente 3 % des émissions de CO2 mondiales, "autant qu’un pays comme l’Allemagne, septième pays le plus émetteur en CO2", précise à L'Usine Nouvelle, Lorelei Limousin, responsable transport pour RAC. La traînée de condensation et les émissions de dioxyde d’azote rendent le transport aérien responsable de 5 % du réchauffement climatique.

Selon le RAC, les émissions de CO2 engendrées par la consommation de kérosène ont augmenté de 4,9 % en Europe en 2018. "Le transport aérien est soumis à peu d'obligations en la matière : il n’y a pas de TVA sur certains billets d’avion et peu d’objectifs contraignants", critique Lorelei Limousin. Cela explique l’augmentation des émissions selon elle. D’autant plus que l’utilisation de l’avion est en augmentation : en 2017, les vols internationaux partant de France ont augmenté de 6 % et les vols nationaux de 4 %.

Une taxe nationale

Le kérosène utilisé comme combustible dans le domaine de l’aéronautique n’est pas soumis aux taxes en France. Le pays s’appuie sur la Convention de Chicago, signée le 7 décembre 1944. Elle considère que le développement de l’aviation civile internationale "peut grandement aider à créer et à préserver entre les nations et les peuples du monde l'amitié et la compréhension". La Convention indique que "le carburant, les huiles lubrifiantes, les pièces de rechange, l'équipement habituel et les provisions de bord se trouvant dans un aéronef d'un État contractant à son arrivée sur le territoire d'un autre État contractant [...] sont exempts des droits de douane, frais de visite ou autres droits et redevances similaires imposés par l'État ou les autorités locales".

Il serait donc théoriquement compliqué de créer une taxe au niveau d'un pays. "Pourtant les Etats-Unis, la Norvège, le Japon, la Suisse et plusieurs autres pays taxent ce carburant au sein de leurs pays", indique Lorelei Limousin. "Il faudrait réglementer cela au niveau intérieur et établir des accords bilatéraux", suggère-t-elle, en plus de proposer d’instaurer une contribution climat dans le prix du billet d’avion. Plusieurs listes candidates aux élections européennes proposent l'instauration d'une taxe au niveau communautaire.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Paris - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS