Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Tarkett s’apprête à fermer son usine dans le Lot-et-Garonne

, , ,

Publié le

Si aucun repreneur ne se manifeste avant la fin de l’année, les 120 salariés du site Tarkett Bois à Curzorn (Lot-et-Garonne) vont perdre leurs emplois.

Tarkett s’apprête à fermer son usine dans le Lot-et-Garonne © D.R. - Tarkett

Les entreprises citées

L’usine de Tarkett Bois à Cuzorn devrait fermer au 31 décembre. A moins qu’un repreneur de dernière minute ne se présente et sauve le site. Car, le groupe Tarkett est prêt à céder le site pour un euro symbolique. L'ex-fabricant de parquet Marty repris en 2011 est un site industriel important dans le Lot-et-Garonne.

Pas moins de 120 salariés risquent de se retrouver sur le carreau. Et, les conditions de départ ne les satisfont pas. L’indemnité ne dépasserait pas 10 000 euros pour les plus anciens. Inadmissible pour les syndicats au regard des moyens du groupe Tarkett. Le groupe français a réalisé 2,5 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2013 et compte 11 000 salariés dans une centaine de pays. Les salariés l’ont clairement fait savoir en se mettant en grève du 3 au 7 novembre.

Une grève, qui a porté ses fruits. Les salariés ont obtenu une enveloppe illimitée pour la formation de reconversion et quelques améliorations concernant le congé de reclassement. Les délégués du personnel ont accepté de poursuivre les négociations avec la direction du site les 20 et 27 novembre afin d’obtenir de meilleures indemnités de licenciement.

Le groupe Tarkett, fabricant de revêtements de sol, avait annoncé sa volonté de vendre son usine de Cuzorn en juin 2014. Le site a perdu 11 millions d'euros ces deux dernières années, en raison notamment de la concurrence chinoise et de sa main-d’œuvre à bas coût. En septembre 2013, Tarkett avait déposé une demande de plan social prévoyant 65 suppressions de postes pour délocaliser une bonne partie de la production du site – près de la moitié des 320 000 mètres carrés produits – vers la Pologne, autre pays à bas coût. Une demande rejetée à l’époque par le tribunal de commerce d’Agen, car Tarkett avait promis, lors du rachat de l'entreprise en 2011, de préserver les effectifs jusqu’en juillet 2014. En 2013, le site de Cuzorn avait réalisé un chiffre d’affaires de 9,2 millions d’euros.

Nicolas César

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle