Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Tarkett, Gerflor et Forbo condamnés à 302 millions d'euros pour entente

Léna Corot

Publié le

Un cartel du lino sanctionné en France. Les entreprises Tarkett, Gerflor et Forbo ont été condamnées à 302 millions d'euros d'amende par l'Autorité de la concurrence notamment pour entente sur les prix.

Tarkett, Gerflor et Forbo condamnés à 302 millions d'euros pour entente
Un revêtement de la société Gerflor, qui a été condamné en France pour entente.

L'Autorité de la concurrence a condamné à 302 millions d'euros d'amende, jeudi 19 octobre, trois fabricants de revêtement de sol en PVC et linoléums. Les fabricants Gerflor, Tarkett et Forbo ainsi que le SFEC (Syndicat français des enducteurs calandreurs et fabricants de revêtements de sols et murs), sont notamment condamnés en raison d'entente sur les prix.

Plus précisément, l'Autorité explique que les trois fabricants se sont entendus sur les prix et que cela a conduit "à réduire drastiquement, voire à totalement supprimer, la concurrence dans le secteur de la fabrication et la commercialisation des produits de revêtements de sols PVC et linoléums". Surtout qu'entre 2001 et 2012, les trois entreprises représentaient entre 65% du marché grand public et 85% du marché destiné aux professionnels. Un poids économique considérable, qui renforce la sanction de l'Autorité de la concurrence. Gerflor, Tarkett et Forbo, auraient aussi échangé des informations confidentielles afin d'ajuster leur politique commerciale via le SFEC.

Dans le détail, Tarkett a été condamné à 165 millions d'euros d'amende, Forbo 75 millions, Gerflor 62 millions et le SFEC 300 000 euros. Ni les entreprises, ni le syndicat n'ont contesté les faits, ajoute encore l'Autorité qui mène cette enquête depuis 2012 suite à des informations transmises par la DGCCRF.

Des réunions secrètes dans des hôtels

L'Autorité de la concurrence explique qu'entre 2001 et 2011, Gerflor, Tarkett et Forbo ont tenu des réunions secrètes dans des hôtels afin de discuter des prix et de leurs stratégies commerciales. Les spécialistes des revêtements de sol s'entendant notamment sur la hausse des prix à appliquer et la date effective de cette hausse. "Il fallait toutefois que les prix minimums des trois fabricants ne soient pas strictement identiques. Nous veillions donc à ce que nos prix soient différents à au moins quelques centimes d'euros près", explique le directeur général de Tarkett à l'Autorité de la concurrence.

Les entreprises sont allées jusqu'à signer une charte leur empêchant "de communiquer sur les performances environnementales individuelles de [leurs] produits". Les groupes pouvaient uniquement utiliser des fiches collectives élaborées au sein du SFEC pour communiquer sur ce point. Lorsque Leroy Merlin a demandé plus d'informations à ce sujet, il s'est vu opposer une fin de non-recevoir par le syndicat. Au-delà de l'impact sur le client, cet accord est susceptible d'avoir freiné la recherche des trois fabricants des revêtements de sol afin de diminuer l'impact environnemental de leur produit.

 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus