Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Takata annonce qu'il va modifier la conception de ses airbags

, , , ,

Publié le , mis à jour le 02/06/2015 À 07H37

Takata s'est engagé auprès des autorités américaines à changer la conception de certains gonfleurs d'airbags, mis en cause dans six décès depuis 2008. L'équipementier automobile japonais avait porté courant mai à 34 millions le nombre de véhicules rappelés aux Etats-Unis à cause de ses airbags défectueux, et des millions d'autres l'ont été dans d'autres pays du monde.

Takata annonce qu'il va modifier la conception de ses airbags
Takata a annoncé lundi qu'il continuerait à fabriquer des airbags dont le déclenchement se fait à l'aide de nitrate d'ammonium mais l'équipementier automobile japonais modifiera néanmoins le fonctionnement de ses airbags placés du côté du conducteur. /Photo prise le 20 mai 2015/REUTERS/Rebecca Cook

L'équipementier automobile japonais Takata s'est engagé auprès des autorités américaines à changer la conception de certains gonfleurs d'airbags, mis en cause dans six décès depuis 2008. Takata "s'engage à cesser de produire" un certain type de gonfleurs problématiques côté conducteur, indique son vice-président pour l'Amérique du Nord, Kevin Kennedy, dans un témoignage qu'il doit présenter ce mardi 2 juin devant la commission de l'énergie et du commerce de la Chambre des représentants américaine, et dont le texte a été rendu public lundi sur le site internet de cette commission.

Au total, ce sont désormais quelque 36 millions de véhicules qui ont été rappelés de par le monde depuis 2008 en lien avec un risque de défaut des airbags Takata. Ces airbags sont susceptibles d'exploser violemment et de projeter des morceaux de métal dans l'habitacle. Outre les six morts, toutes survenues dans des véhicules Honda et surtout aux Etats-Unis, les airbags défectueux sont liés à des centaines de blessés.

La décision touchant au nitrate d'ammonium est explicitée par Kevin Kennedy, un responsable de Takata, dans un témoignage écrit avant une audition devant une commission parlementaire mardi. Trouver une cause fondamentale aux problème des airbags Takata ne sera pas immédiat, a dit David Kelly, qui dirige un groupement d'enquête de l'industrie automobile.

Avec Reuters (par Paul Lienert, avec Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle