Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Tablette "Surface" : Microsoft bien placé pour s'imposer en entreprises, selon les analystes

, , ,

Publié le

Analyse La firme de Redmond, déjà très présente sur le marché des entreprises, est en bonne position pour y imposer sa tablette Surface, estiment Polyconseil et Gartner. Mais en fabricant le terminal lui-même, il prend le risque d'échauder ses partenaires constructeurs traditionnels vis-à-vis desquels ile devient un nouveau compétiteur.

Tablette Surface : Microsoft bien placé pour s'imposer en entreprises, selon les analystes © D.R. - Microsoft

Microsoft a dévoilé lundi 18 juin sa tablette "Surface", qui fera son entrée sur le marché à l'automne prochain. La firme de Redmond a présenté deux modèles, dont une version à destination du marché pro, équipée d'un processeur Intel et de Windows 8 Pro.

Quelles chances possède Microsoft pour s'imposer auprès des pros ? Selon les analystes, si l'iPad d'Apple et les tablettes Android dominent actuellement le marché grand public, l'éditeur de Windows pourrait bien tirer son épingle du jeu sur celui des entreprises. 

"Microsoft est le mieux placé pour faire entrer la tablette dans le monde de l'entreprise, car il y possède déjà une forte présence", explique à L'Usine Nouvelle, Sylvain Géron, partenaire du cabinet Polyconseil, spécialisé en stratégie télécom, internet et médias. "Sa tablette sera immédiatement intégrable avec les autres appareils Windows, mais aussi les bases de données ou les solutions de gestions de parc éditées par Microsoft et largement déployées en entreprise."

Un avis partagé par Carolina Milanesi, vice-président recherche pour le cabinet de consultants Gartner Group. "Surface est un produit compétitif pour l'univers professionnel. Il semble paré pour attirer les clients haut de gamme et spécialement ceux cherchant une tablette pour travailler."

Les deux analystes mettent en avant les fonctions de Windows 8 Pro dédiées aux entreprises, ainsi que la possibilité d'utiliser Surface avec un stylet et un clavier en dur intégré au volet de protection de l'écran. "La protection de l'écran et plus largement la solidité du terminal est un élément déterminant en milieu professionnel", souligne ainsi  Sylvain Géron. "Il faudra également voir dans quelle mesure, on peut lui connecter des terminaux de paiement."

Installer la marque Windows 8 sur le marché des tablettes

Avec Surface, Microsoft tente de rattraper son retard sur le marché des tablettes, dominé par l'iPad d'Apple et les terminaux Android. "Microsoft arrive un peu tard sur ce marché, mais sa tablette va bénéficier du lancement de Windows 8. Et inversement, Windows 8 va bénéficier de Surface pour attaquer le marché des tablettes", indique Antoine Géron.

Pour Gartner, Surface est bien l'occasion de : "faire la démonstration de l'interface Metro de Windows 8 sur tablette et de positionner la marque Windows sur l'ère post-PC."

Microsoft prend des risques avec ses partenaires

Avec Surface, Microsoft est fournisseur des logiciels mais également fabricant de la plateforme matériel. Durant sa présentation, Steve Ballmer, P-DG de la firme de Redmond a ainsi insisté sur l'historique de sa divsjuision matériel, qui a déjà réalisé des souris, des claviers, sans oublier la Xbox.

Pour Polyconseil : "Ce n'est pas dans les gènes de Microsoft de devenir un leader du hardware. L'objectif est ici d'amorcer la pompe et ensuite de passer la main à ses partenaires constructeurs traditionnels", estime Sylvain Géron. 

Même son de cloches chez Gartner. Mais l'institut américain trouver que Microsoft joue à un jeu dangereux avec ses OEM. "C'est un geste audacieux de Microsoft. La firme de Redmond semble ne pas faire confiance à ces partenaires pour proposer un matériel correspondant à sa vision de Windows 8 et de l'informatique mobile, et préfère s'en charger elle-même. Cela n'est pas sans risque auprès de ses partenaires qui vont devoir désormais entrer en concurrence avec Microsoft en plus d'Apple", nous confie Michael Gartenberg, directeur de recherches pour l'institut américain.

Sa collègue Carolina Milanesi estime cependant qu'ils n'auront peut-être pas d'autre solution que de suivre Microsoft. "Je suis certaine que les partenaires de Microsoft n'apprécient pas cette opération. Mais ce n'est pas comme s'ils avaient le choix. Android ne les a pas réellement aidé jusqu'à présent et ils ne savent pas ce que Google va faire de sa propre future tablette. Au moins, avec Microsoft, ils savent que beaucoup d'argent sera dépensé pour les développeurs."
 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle