Syndicats, politiques, activistes... Comment réagissent-ils au départ d'Isabelle Kocher d'Engie ?

Le futur départ d'Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie, a été confirmé le 6 février. Chez les salariés du groupe et dans le monde politique, la décision du conseil d'administration suscite beaucoup de réactions.

Partager
Syndicats, politiques, activistes... Comment réagissent-ils au départ d'Isabelle Kocher d'Engie ?
Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Isabelle Kocher, directrice générale d'Engie sur le départ.

Le soutien de certaines personnalités politiques n’a rien changé. Jeudi 6 février, le conseil d’administration d’Engie a décidé de congédier la directrice générale du groupe Isabelle Kocher. Chez les salariés, les parlementaires français et d’autres dirigeants, nombreux sont ceux qui demandent des explications.

Isabelle Kocher “a transformé Engie” selon un directeur

Officiellement, les administrateurs du groupe souhaitent “un nouveau leadership” pour conduire “l’approfondissement de la stratégie”. Les événements des derniers mois suggèrent plutôt une rupture entre la directrice générale et le conseil d’administration, notamment pour ses postures en faveur de l’environnement.

“Elle a transformé Engie, en amorçant le passage à un modèle de services, écrit sur Twitter Michael Webber, directeur scientifique et technologique d'Engie. Elle a vendu nos actifs 'sales' et a investi intensément dans les renouvelables”. Le directeur a salué le bilan et “la vision” d’Isabelle Kocher. Selon lui, l’entreprise a diminué de 50 % ses émissions de gaz à effet de serre en trois ans, sous l’impulsion de la directrice générale, tout en générant du profit et du dividende pour les actionnaires.

Isabelle Kocher a aussi attiré le soutien de Yannick Jadot, eurodéputé Europe Écologie. D’autres commentateurs sont plus sévères pour le bilan environnemental d’Isabelle Kocher. “Faire de la directrice générale d’Engie Isabelle Kocher le parangon absolu de l’écologie est une erreur factuelle. Parce que Engie c’est : le gaz, pas la transition vers le zéro fossile ; du lobbying intense contre les énergies renouvelables ; du greenwashing”, a argumenté sur Twitter Maxime Combes, porte-parole de l’association altermondialiste Attac.

Un éventuel démantèlement du groupe inquiète les salariés

Côté syndicats, on s’interroge sur l’avenir. “La CFDT est attachée à la pérennité d'un groupe fort dans les secteurs de I'énergie et des services, garantissant une meilleure répartition de la richesse produite ainsi que des emplois pérennes permettant à ses salariés de vivre dignement de leur travail”, commente la FCE-CFDT dans un communiqué.

Isabelle Kocher a-t-elle été écartée pour préparer le démantèlement du groupe ? Cette interprétation a été qualifiée de “manipulation” par la CGT en décembre 2019. “Pour autant, le risque à terme de ventes d’activités et de dislocation du groupe n’est pas une fiction”, ajoutait le syndicat.

Maintenant que la directrice générale a été remerciée, plusieurs députés demandent des clarifications sur les projets de l’État et de la future gouvernance. “Mais pourquoi donc vouloir la tête d’Isabelle Kocher alors que ses résultats sont excellents et qu’elle est appréciée de tous ?, a demandé le député de la Meuse Bertrand Pancher (Mouvement Radical). Je souhaite qu’on nous indique ce que cachent ces manoeuvres.”

“Il ne faut pas avoir de faux débats”, selon le gouvernement

Plusieurs commentateurs ont également regretté le départ de la seule femme dirigeante d’une entreprise du CAC 40. “Il ne faut surtout pas avoir de faux débats”, a réagi Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, au micro de franceinfo. “On ne va pas juger son travail à l'aune de si c'est une femme ou un homme (sic). Nous parlons d’une entreprise où il y a plus de 100 000 salariés et où les décisions stratégiques qui sont à prendre sont essentielles pour l’approvisionnement en électricité ou encore pour la constitution de la ville de demain. On juge sa vision stratégique en fonction de l'intérêt de l'entreprise”, a-t-il ajouté.

Le processus de nomination du nouveau patron, ou de la nouvelle patronne, d’Engie risque d’être regardé de près. En attendant, la gouvernance de l’entreprise reste paritaire : Jean-Pierre Clamadieu à la présidence et Claire Waysand comme directrice générale par intérim.

Isabelle Kocher défend son bilan

Dans un message adressé aux salariés du groupe Engie, Isabelle Kocher a défendu son bilan. "J'accueille cette décision, qui bien sûr me touche, sans aigreur ni amertume, assure la dirigeante dans son texte, consulté par L'Usine Nouvelle. Je l'ai toujours dit : comme tout dirigeant, ma légitimité dépend directement du conseil d'administration."

"Notre fierté, c'est que les actionnaires et les analystes financiers les plus exigeants du monde, qui ont d'abord été surpris par notre modèle qui laisse une large place à la protection des gens et la planète, considèrent aujourd'hui qu'Engie est l'une des entreprises avec le plus de potentiel de croissance économique et de création de valeur du secteur", a-t-elle ajouté.

0 Commentaire

Syndicats, politiques, activistes... Comment réagissent-ils au départ d'Isabelle Kocher d'Engie ?

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

94 - Champigny-sur-Marne

Acquisition de matériels de nettoyage

DATE DE REPONSE 16/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS