Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Sylfen rend les bâtiments autonomes en énergie et en chaleur

Aurélie Barbaux , ,

Publié le

Sylfen rend les bâtiments autonomes en énergie et en chaleur
Système hybride batteries et électrolyseur réversible.
© DR.

C’est la brique manquante au bâtiment autonome en énergie : un système capable de stocker et de produire électricité et chaleur. Et c’est une start-up de Grenoble, Sylfen, créée en juin 2015 par Nicolas Bardi, ex-directeur de laboratoire au CEA, spécialiste des piles à combustible, qui le développe. Fruit de dix ans de R&D au CEA et protégé par 22 brevets du CEA en licence exclusive, son Smart energy hub allie stockage et cogénération à base d’hydrogène. Il vise principalement les bâtiments industriels. Il permet à la fois le stockage et le déstockage de grandes capacités d’électricité renouvelable produite localement ou achetée sur le réseau. Il fonctionne aussi comme un système de cogénération, c’est-à-dire à base de biométhane produit localement ou de gaz naturel issu du réseau, pour alimenter un mini-réseau de chaleur. En option, l’hydrogène produit par électrolyse peut être utilisé pour la mobilité. Grâce à une suite logicielle, qui permet de modéliser les besoins énergétiques du bâtiment, le système est dimensionné sur mesure et peut associer plusieurs modules de 40 kW. Il permettrait une autonomie de 92 % pour un bâtiment industriel, une réduction de 40 % des achats de gaz et d’électricité et de 26 % des émissions de CO2. Un premier prototype fonctionnel, à échelle réduite, sera livré chez un client en septembre 2017.

La start-up de sept personnes aujourd’hui s’apprête à lever environ 3 à 4 millions d’euros pour développer les premiers produits finis, avant de passer à l’industrialisation du procédé avec la construction d’une première ligne de fabrication dans la région de Grenoble d’ici à la fin 2018. La commercialisation devrait démarrer en 2020. Sylfen s’apprête à recruter une dizaine de personnes. "On regarde déjà à l’international. C’est un marché mondial", souligne Nicolas Bardi.

Aurélie Barbaux

L’innovation

Un système hybride batteries et électrolyseur réversible : quand les accumulateurs sont pleins, le surplus d’électricité est stocké dans le réservoir sous la forme d’hydrogène. Lorsqu’ils sont vides, l’hydrogène stocké est converti en électricité ou en chaleur, lesquelles peuvent aussi être produites à partir du gaz du réseau ou de biométhane.

l’opportunité

Sylfen évalue à 10 milliards d’euros, à l’horizon 2020, le marché mondial de l’autoconsommation par des bâtiments tertiaires et industriels, mixtes et d’habitats collectifs.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle