Swatch transfère l’activité de sa filiale savoyarde Sefea dans le Doubs

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

 Swatch transfère l’activité de sa filiale savoyarde Sefea dans le Doubs
Swatch

L’horloger suisse Swatch a réalisé le 1er janvier une fusion-absorption de sa filiale Sefea (Société européenne de fabrication d’ébauches), implantée à Annemasse en Haute-Savoie, au profit de la Fabrique de Fournitures de Bonnétage (FFB), une autre société du groupe suisse située à Villers-le-Lac, dans le Doubs.
L’opération entraîne le transfert complet de l’activité du fabricant de mouvements de montres, ainsi que l’ensemble de l’effectif (57 salariés). Elle sera matériellement effective entre le 15 mars et le 15 avril prochains.

Dans ses documents juridiques, Swatch justifie sa décision par le « souci de rationaliser les flux de production ». Cette réorganisation permettra par ailleurs de mutualiser et moderniser les équipements, « source d’optimisation et de réduction des coûts ».
Une autre raison tient peut-être aux derniers résultats financiers des deux filiales. Sur l’exercice 2010, Sefea réalise un chiffre d’affaires de 4,25 millions d’euros et enregistre une perte de 197 900 euros. De son côté, FFB génère 6,32 millions d’euros d’activité et subit un déficit de 280 000 euros.
Les personnels de Sefea reçoivent progressivement un courrier de leur direction indiquant qu’ils disposent, à réception, d’un délai de 30 jours pour faire connaître leur souhait de venir travailler à 180 kilomètres de leur site.

Des bénéfices record

« Moins de 10 % de nos collègues acceptent ce changement de lieu, tous les autres seront licenciés selon des modalités que nous avons déjà négociées au mieux, avec notamment l’octroi d’une prime supra légale », indique Vincent Bouchardy, délégué du personnel chez Sefea.
Chez FFB, qui emploie 113 salariés et quelques intérimaires, on se réjouit d’intégrer une activité différente, gage de créations d’emplois. « Nous sommes spécialisés dans le décolletage et l’assemblage de toutes petites pièces horlogères, roues et pignons », explique Fabienne Villemin, représentante du personnel.

Pour intégrer localement la fabrication des ébauches ou mouvements de montres, Swatch investit dans deux nouvelles machines, dites chaînes fleuries.
Une dépense anecdotique pour le groupe horloger suisse, dont les bénéfices ne cessent de s’envoler. Ils ont dépassé le milliard de francs suisses en 2010 pour un chiffre d’affaires de 6,44 milliards. Ils se situaient au premier semestre 2011 à déjà 579 millions, en hausse de 24,5 %.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS