Suspense autour des prix du pétrole

Offre suffisante, stocks bien garnis et réduction de la croissance de la demande devraient limiter la hausse des cours du pétrole. Cependant, le secteur entre dans une phase de tensions, observe l'Agence internationale de l'énergie et l’Opep.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Suspense autour des prix du pétrole
Puits de pétrole à Vaucourtois en Seine et Marne.

Difficile de lire la tendance des cours du pétrole. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a abaissé le 12 octobre 2018 ses prévisions de croissance de la demande mondiale de pétrole pour 2018 et 2019 en raison des cours élevés, des tensions commerciales et de perspectives économiques moins favorables. Avec cette baisse estimée de 110 000 barils par jour (bpj), pour les deux années à venir, la croissance de la demande est désormais évaluée à 1,3 million de bpj en 2018 et de 1,4 million en 2019, selon les chiffres de l’AIE. Les cours devraient donc plutôt fléchir.

Du côté de l’offre

L'offre semble suffisante pour le moment. Ces six derniers mois, les pays pétroliers ont augmenté nettement leur production : 735 000 barils de plus par jour pour l'Opep depuis le mois de mai, par exemple. Les producteurs du Moyen-Orient, notamment l'Arabie saoudite, ont plus que compensé la baisse de production du Venezuela et de l'Iran. "L'augmentation de la production nette des grands fournisseurs depuis mai d'environ 1,4 million de bpj, menée par l’Arabie saoudite, et le fait que les stocks de pétrole ont augmenté de 0,5 million de bpj au deuxième trimestre 2018 et semblent avoir fait de même au troisième trimestre, renforcent l'hypothèse selon laquelle le marché du pétrole est correctement approvisionné pour le moment", indique l'agence dans son rapport mensuel. Un autre indice pour une baisse potentiel du baril ? C’est plus compliqué…

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Tensions à venir

L’AIE note, que le secteur entre dans une phase de tension. La capacité non utilisée de production de pétrole dans le monde est tombée à 2% de la demande mondiale et devrait continuer à baisser. "Cette tension devrait rester présente quelque temps et elle devrait être accompagnée d'une hausse des cours", souligne l'agence.

Un avis partagé par le secrétaire général de l'Opep, Mohammed Barkindo, qui a déclaré le 11 octobre, à l’occasion de la conférence Oil & Money à Londres, que les pays producteurs de pétrole étaient "très préoccupés" dans un contexte de forte réduction des investissements dans le secteur. Il a aussi rappelé que l’Opep avec la Russie et d'autres producteurs ont accepté en juin d'augmenter leurs extractions, afin que le marché ne manque pas d’or noir. Cependant, l'Arabie saoudite, leader de fait de l'Opep, est le seul pays producteur capable de déployer de nouvelles capacités importantes en cas de besoin : le royaume investira 20 milliards de dollars (17,3 milliards d'euros) dans les années qui viennent pour préserver voire accroître ses capacités de réserve.

La perspective des sanctions américaines sur les exportations du troisième producteur mondial, l’Iran, ont déjà poussé les prix du baril à la hausse. La production de l'Iran a déjà baissé à 3,45 millions de bpj (soit 180.000 bpj en moins, d'un mois à l'autre), et ses exportations ont diminué de 800.000 bpj par rapport à ses pics du deuxième trimestre 2018.

Le Brent de mer du Nord a atteint la semaine dernière 86,74 dollars le baril, son plus haut niveau depuis 2014. Les sanctions américaine contre l'Iran entreront en vigueur le 4 novembre. Et les effets se feront surement sentir dans les mois à venir. Certains experts pronostiquent un baril à 100 dollars d’ici la fin de l’année.

Sylvie Rantrua

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS